9 décembre 2008 / 09:52 / dans 9 ans

LEAD 2 Les compagnies aériennes perdront $5 mds en 2008 /Iata

(Actualisé avec des précisions)

GENEVE, 9 décembre (Reuters) - Les compagnies aériennes mondiales semblent condamnées à afficher cette année des pertes cumulées de 5,0 milliards de dollars, et destinées à perdre encore 2,5 milliards en 2009, selon l‘Association du secteur Iata.

Le chiffre publié pour 2008 est toutefois légèrement inférieur à la perte de 5,2 milliards estimée en septembre par l‘Association internationale du transport aérien, et celui envisagé pour 2009 très inférieur à la perte de 4,1 milliards que l‘Iata anticipait jusqu‘ici .

“L‘horizon est sombre”, a souligné le directeur général de l‘Association, Giovanni Bisignani. “La crise chronique que connaît le secteur va se poursuivre en 2009 avec 2,5 milliards de dollars de pertes. Nous connaissons le pire environnement en terme de revenus depuis 50 ans.”

Le trafic de fret, qui représente 35% des échanges internationaux de marchandises, poursuit son déclin, ajoute-t-il.

En octobre, celui-ci a reculé de 7,9%, son cinquième mois consécutif de baisse, signe que “le pire este encore à venir”, pour le secteur aérien mondial et pour le ralentissement économique mondial, selon l‘Iata.

Elle précise que les compagnies aériennes nord-américaines pourraient être les seules à dégager un bénéfice en 2009, mais seulement de 300 millions d‘euros environ, soit moins d‘1% de leur chiffre d‘affaires.

Les transporteurs européens devraient quant à eux accuser au total un milliard de dollars de pertes l‘an prochain, soit dix fois le déficit attendu en 2008.

L‘hypothèse de travail de l‘Iata est un baril de pétrole à 60 dollars en moyenne en 2009.

Le brut a dégringolé autour de 44 dollars depuis son pic historique de l’été, à plus de 147 dollars. L‘Iata précise que cette baisse ne se reflète pas davantage dans ses prévisions de résultats du secteur parce que les positions de couverture prises par les compagnies contre les variations du kérosène l‘ont été à des niveaux plus élevés que les cours actuels.

Du coup, une partie des bénéfices de la baisse du baril se trouvent retardés à 2010.

Interrogé sur l‘impact des pertes attendues pour le secteur aérien sur les ventes de Boeing (BA.N) et d‘Airbus EAD.PA, Pearce a répondu qu’“à ses yeux, des commandes et livraisons seront probablement au moins retardées, et pour certaines annulées.” /GG

Stephanie Nebehay, version française Gilles Guillaume

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below