9 décembre 2008 / 08:36 / dans 9 ans

LEAD 2 Sony supprime 16.000 emplois pour réduire ses coûts

* Le plus gros plan social en Asie depuis le début de la crise.

* Les investissements dans l’électronique réduits de 30%.

par Nathan Layne

TOKYO, 9 décembre (Reuters) - Sony (6758.T) a annoncé mardi la suppression de 16.000 emplois dans le monde, la réduction de ses investissements et la fermeture de plusieurs usines, face à la forte baisse de la demande pour ses produits électroniques.

Il s‘agit pour le groupe de réduire ses coûts de 100 milliards de yens (855 millions d‘euros) par an.

Les suppressions d‘emplois prévues constituent le plus important plan social dévoilé par une entreprise asiatique depuis la début de la crise financière.

Elles illustrent les difficultés de Sony dans plusieurs activités qui faisaient autrefois sa force, comme les baladeurs musicaux, un créneau désormais dominé par Apple (AAPL.O) ou même les téléviseurs à écran plat, où le groupe est déficitaire.

Sur les 16.000 suppressions annoncées, 8.000 concernent des emplois à durée indéterminée, soit 4% des 185.000 personnes employées par le groupe et 8.000 des personnels en intérim ou à durée déterminée.

Le nombre des sites de fabrication (57 aujourd‘hui) sera réduit d‘environ 10%, via des cessions à des sous-traitants et en délocalisant vers des pays à main d‘oeuvre moins chère.

En France, le groupe avait annoncé jeudi dernier la fermeture de son usine de bandes magnétiques à Pontonx-sur-Adour, près de Dax (Landes), qui emploie 312 personnes. [ID:nL4753857]

Le projet d‘augmentation de la production de l‘usine d’écrans LCD en Slovaquie est remis à plus tard tandis que la production de certains capteurs d‘image sera sous-traitée, le but étant de réduire de 30% ses investissements dans l’électronique au cours du prochain exercice par rapport à ce qui avait déjà été budgété.

Les analystes se demandent déjà si le plan dévoilé mardi sera suffisant pour redresser la barre d‘un groupe très diversifié, présent à la fois dans l’électronique grand public, les jeux vidéos, les semi-conducteurs, le cinéma et l‘assurance.

UN REVERS POUR HOWARD STRINGER

“Le chiffre semble important mais ces réductions d‘effectifs ne seront pas suffisantes. Aucune des activités de Sony ne génère des bénéfices stables”, estime Katsuhiko Mori, gérant de Daiwa SB Investments. “Au-delà de la réduction des effectifs, ce que nous aimerions voir, c‘est quelle activité tirera l‘ensemble du groupe.”

A la Bourse de Tokyo, Sony, qui a baissé de près de 70% depuis le début de l‘année, a fini en hausse de 3,9% à 1.896 yens avant l‘annonce des restructurations. A Francfort, le titre progressait d‘environ 5% SNE.F.

Sony n‘est pas le seul à souffrir. Son compatriote et grand rival Panasonic (6752.T) a abaissé sa prévision de résultat le mois dernier, tandis que le sud-coréen Samsung (005930.KS) a annoncé lundi une réduction de ses investissements et des temps difficiles à venir.

L‘annonce de la restructuration du groupe était prévisible. En octobre, Sony avait réduit de plus de moitié sa prévision de bénéfice d‘exploitation pour l‘ensemble de l‘exercice fiscal qui s‘achèvera fin mars, en mettant en avant le ralentissement de la demande pour ses téléviseurs LCD à écran plat Bravia, ses appareils photo numériques et la hausse du yen.

Il avait alors déjà expliqué prévoir des fermetures d‘usines, une réduction des investissements et des licenciements.

Si elles ne sont pas une surprise, les mesures annoncées mardi sont un revers pour le PDG du groupe Howard Stringer. Il avait organisé une vaste restructuration après son arrivée en 2005 qui semblait jusqu’à il y a peu avoir porté ses fruits.

Sony souffre comme d‘ailleurs l‘ensemble du secteur des biens de grande consommation et se prépare à une fin d‘année délicate en raison de la crise financière et de l‘entrée en récession de nombreux pays industrialisés.

“Les perspectives économiques suggèrent que les choses vont devenir plus difficiles pour Sony l‘an prochain. Il ne peut pas espérer une reprise sans ces mesures de restructuration”, commente Fujio Ando, directeur général chez Chibagin Asset Management.

Le groupe souffre en outre de la vigueur du yen, qui a atteint cette année ses plus hauts niveaux depuis 13 ans, ce qui pèse sur la compétitivité de ses produits et réduit les bénéfices réalisés à l’étranger une fois convertis en yens.

Mardi, Sony a annoncé un relèvement du prix de certains de ses produits en Europe face à la baisse de l‘euro. Les détails de la restructuration seront donnés en janvier lors de la publication des résultats du troisième trimestre du groupe.

Le groupe a déjà fait savoir que ses prévisions pourraient être à nouveau abaissées en raison de la force du yen. /GG/MA/DRO

Version française Gilles Guillaume, Marc Angrand et Danielle Rouquié

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below