9 novembre 2009 / 16:00 / dans 8 ans

LEAD 1 Gazprom-Coûts en hausse mais bénéfice meilleur que prévu

* Hausse de 13,5% des charges d‘exploitation au T2

* Résultat net à 192,6 mds de roubles (consensus: 188,15 mds)

* Bond de 31% de la dette au S1

* Hausse du titre en Bourse

par John Bowker

MOSCOU, 9 novembre (Reuters) - Gazprom (GAZP.MM) a annoncé lundi que ses charges d‘exploitation et son endettement avaient bondi au cours du deuxième trimestre de son exercice fiscal, bien que l‘amélioration de la demande ait permis une baisse moins marquée qu‘anticipé de son bénéfice net.

Le groupe russe, premier producteur mondial de gaz naturel, a fait état une hausse de 13,5% de ses coûts au cours de la période de trois mois close fin juin, en partie à cause de charges plus élevées pour les achats de gaz d‘Asie centrale, tandis que sa dette s‘est alourdie de 31% au cours du premier semestre, à 1.340 milliards de roubles (31 milliards d‘euros).

“Nous sommes déçus par l‘incapacité de l‘entreprise à contrôler ses (dépenses opérationnelles) dans l‘environnement actuel. Nous estimons que l‘accroissement de la concurrence de la part des producteurs à bas coûts, à la fois en Europe et en Russie, va accroître la pression sur la rentabilité de la société,” estiment des analystes de Citigroup dans une note.

Cette évolution a occulté en partie le reste des résultats de Gazprom, dont le bénéfice net trimestriel est pourtant supérieur aux attentes des analystes, la demande de gaz en Europe s’étant améliorée après un premier trimestre très difficile en la matière.

“NOUS AVONS ATTEINT UN PLUS BAS”

Gazprom a de fait dégagé un résultat net de 192,6 milliards de roubles sur la période avril-juin alors que les analystes attendaient en moyenne 188,15 milliards.

Même s‘il est en recul de 36% sur un an, il s‘agit d‘une nette amélioration par rapport aux 110 milliards de roubles de janvier-mars, une période marquée par une demande très faible en Europe et une suspension de trois semaines de certaines livraisons en raison du différend sur les prix avec l‘Ukraine.

Les analystes ont indiqué après cette publication trimestrielle que la baisse en rythme annuel était attendue en raison du ralentissement économique et averti que l‘hiver pourrait être crucial pour le groupe.

“Toute reprise de la demande de gaz russe sur le plan national et en Europe sera un élément clé pour Gazprom,” ont commenté des analystes de Nomura.

“Nous estimons que nous avons atteint un plus bas en matière de baisse de la consommation en Russie”, ont pour leur part déclaré ceux de Bernstein Research.

Le chiffre d‘affaires trimestriel du groupe public russe est de son côté ressorti en recul de 16% par rapport à l‘an dernier, à 708 milliards de roubles, contre 689 milliards anticipés en moyenne par le marché.

Le géant russe a en outre prévenu que la volatilité des marchés financiers rendait difficile toute prévision en matière de flux de trésorerie.

Sur le marché russe, le titre Gazprom a terminé la séance en hausse de 3,93%, à 181,82 roubles.

version française Benoit Van Overstraeten et Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below