29 juillet 2008 / 06:33 / il y a 9 ans

LEAD 3 Alcatel-Lucent - Serge Tchuruk et Pat Russo s'en vont

Pour un point complet sur Alcatel-Lucent [ID:nALCATELFR]

par Cyril Altmeyer

PARIS, 29 juillet (Reuters) - Alcatel-Lucent ALUA.PA a annoncé mardi le départ de son président Serge Tchuruk et de sa directrice générale Patricia Russo d‘ici la fin de l‘année, moins de deux ans après la création du groupe dont le cours de Bourse s‘est effondré sous le coup de “profit warnings” à répétition.

Les analystes soulignent que la nouvelle direction devra revoir la stratégie et qu‘il lui faudra du temps pour régler les problèmes structurels de l’équipementier télécoms, leader mondial dans les réseaux fixes, mais pénalisé dans les infrastructures mobiles par la technologie CDMA héritée de Lucent.

La Bourse a marqué par une hausse de 3,2% de l‘action l‘annonce du départ des deux dirigeants, objet de rumeurs récurrentes depuis des mois, notamment après le vote d‘une résolution facilitant leur révocation lors de l‘assemblée générale du 30 mai. Vers 15h35, le titre gagnait 1,04% à 3,81 euros.

Les noms du néerlandais Ben Verwaayen, qui a quitté la direction de BT (BT.L) début juin, de Philippe Germond, président du directoire d‘Atos Origin (ATOS.PA), et Thierry Breton, ancien ministre de l‘Economie et ex-P-DG de France Télécom FTE.PA, sont cités pour prendre les rênes du groupe.

“PARACHUTE DORE” DE SIX MILLIONS D‘EUROS

Serge Tchuruk, qui quittera ses fonctions le 1er octobre à 70 ans, avait restructuré Alcatel pendant plus d‘une décennie avant de le marier avec Lucent au moment où il faisait l‘objet de rumeurs de rachat par Ericsson (ERICb.ST) ou Cisco (CSCO.O).

Lors de la création du groupe, le 1er décembre 2006, il avait empoché une indemnité de départ de 5,6 millions d‘euros pour ne plus en conserver que la présidence non exécutive, laissant les commandes opérationnelles à l‘ex-patronne de Lucent, Patricia Russo, alors âgée de 54 ans.

Précédée d‘une réputation flatteuse après avoir redressé Lucent dont elle avait réduit les effectifs de moitié, Patricia Russo n‘a pas réussi à surmonter les difficultés liées à la mise en place de la fusion, dont les concurrents du groupe, en particulier Ericsson, ont profité pour lui prendre des parts de marché.

“La phase de fusion est désormais terminée”, a-t-elle déclaré lors d‘une conférence téléphonique avec les analystes.

Patricia Russo quittera le groupe d‘ici la fin de l‘année, alors que son mandat courait jusqu‘en 2010, avec un “parachute doré” de six millions d‘euros qui a suscité la colère des petits actionnaires, furieux de la chute du titre qui a perdu près des deux tiers de sa valeur depuis la création d‘Alcatel-Lucent.

Elle s‘est également attiré les foudres des syndicats, rendus furieux par les 12.500 suppressions d‘emplois prévues d‘ici 2009, et n‘a pas convaincu les analystes, qui reprochent à la direction actuelle le manque de clarté de sa stratégie.

Le groupe a lancé trois avertissements sur son activité au cours du seul exercice 2007, qui s‘est soldé par une perte nette de 443 millions d‘euros mais portée à 3,5 milliards d‘euros par des dépréciations d‘actifs.

Déjà déficitaire au premier trimestre 2008, Alcatel-Lucent a publié mardi pour le deuxième trimestre une perte nette de 222 millions d‘euros à laquelle s‘ajoute une charge charge de 810 millions d‘euros pour des dépréciations liées à la technologie CDMA.

STAGNATION DU MARCHE EN 2008

Le chiffre d‘affaires a reculé 5,2% à 4.101 millions d‘euros, à comparer à un consensus Reuters de 4.077 millions, sous le coup d‘une chute de 17,5% dans les réseaux mobiles, donnant une croissance séquentielle de 6,1%, en haut de la fourchette de 4 à 6% prévue par le groupe.

Comme s‘y attendaient les analystes, Alcatel-Lucent a affiché une solide croissance dans les services, dont le chiffre d‘affaires a augmenté de 9,1% à taux de change courant.

Pour le troisième trimestre, le groupe dit anticiper un chiffre d‘affaires identique ou légèrement inférieur comparé au deuxième trimestre, avant une reprise au quatrième trimestre.

Sur l‘ensemble de l‘année, il confirme prévoir pour 2008 une baisse de 2 à 5% de son chiffre d‘affaires à taux de change courant, dans un marché des équipements télécoms stable à taux de change constant.

Alcatel-Lucent réaffirme anticiper une marge brute ajustée de 34 à 36%, avec une marge d‘exploitation ajustée de 2% à 5%.

“Le problème d‘Alcatel-Lucent, c‘est son business model très diversifié qui le force à maintenir beaucoup de produits”, a observé Vincent Rech, analyste de SG Securities.

“Un nouveau management pourrait changer la stratégie pour rendre le groupe plus profitable, mais cela impliquerait de réduire la taille et de réinvestir le produit des cessions dans des créneaux porteurs”, a-t-il ajouté.

Interrogé sur une éventuelle cession de la participation de 20,8% d‘Alcatel-Lucent dans Thales (TCFP.PA), le directeur financier Hubert de Pesquidoux, nommé en octobre 2007, a répondu que le groupe n‘en avait pas besoin pour financer son activité. /CA

Pour accéder au tableau des résultats, veuillez cliquer sur [ID:nPAT009199]

Avec Julien Toyer et Benjamin Mallet, édité par Jacques Poznanski

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below