Bourbon-Pas encore d'effet du rebond des prix sur l'activité

mercredi 19 octobre 2016 14h10
 

PARIS, 19 octobre (Reuters) - Le rebond des prix du pétrole et la perspective d'une stabilisation du marché n'ont pas encore eu d'effet sur l'activité de Bourbon mais vont "dans le bon sens", a dit mercredi à Reuters Christian Lefèvre, son directeur général délégué.

Contraint de réduire ses coûts comme d'autres entreprises du secteur parapétrolier sous la pression de ses clients, le groupe spécialisé dans les services maritimes à l'offshore pétrolier avait indiqué début septembre que son marché avait certainement touché un point bas et qu'il espérait bénéficier d'un environnement plus favorable en 2017.

Depuis, les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) sont parvenus à un accord de principe sur une réduction modeste de la production du cartel et les prix du baril sont remontés au-dessus de 50 dollars.

"Pour l'instant ça conforte nos clients, ce qui est une bonne chose. Ils ont un peu de baume au c÷ur et, au lieu de nous parler de réductions de coûts après nous avoir dit 'bonjour' quand on les voit en réunions, ils nous parlent de projets", a dit Christian Lefèvre en marge d'une conférence organisée par l'association Evolen, qui regroupe les industriels français spécialisés dans les hydrocarbures.

"C'est sympathique mais ça ne se traduit pas encore dans nos activités directes, puisque nous sommes plutôt en retard de cycle, mais tout ça va dans le bon sens. Et si les négociations Opep font que le prix du pétrole se stabilise plutôt à la hausse (...), je pense que ça va donner confiance à nos clients."

Christian Lefèvre a également indiqué que Bourbon pensait pouvoir de nouveau réduire ses coûts en matière d'équipages et de maintenance, grâce au numérique, après avoir déjà baissé les dépenses d'exploitation de ces deux postes de 20% environ sur un an à fin juin.

"Il y a peut-être d'autres marges de manoeuvre avec la digitalisation, c'est trop tôt pour en parler aujourd'hui mais on pense qu'il y a d'autres (...) économies sur ces deux postes-là." (Benjamin Mallet, édité par Gwénaëlle Barzic)