ProSiebenSat.1 relève ses prévisions pour 2016 et au-delà

jeudi 13 octobre 2016 10h27
 

FRANCFORT, 13 octobre (Reuters) - Le groupe allemand de télévision ProSiebenSat.1 a relevé jeudi ses prévisions pour 2016 et à moyen terme, évoquant un développement satisfaisant de ses récentes acquisitions numériques et des synergies élevées avec ses activités traditionnelles.

ProSiebenSat.1, qui a intégré en mars l'indice Dax des principales valeurs allemandes, a dit s'attendre désormais à un chiffre d'affaires en hausse d'au moins 15% cette année, contre une prévision précédente d'au moins 10%.

"Nos nouveaux investissements se développent très bien, donc nous relevons de nouveau nos objectifs de croissance pour 2018", a déclaré dans un communiqué Thomas Ebeling, le président du directoire de ProSiebenSat.1.

Le diffuseur s'attend ainsi désormais à une progression de son chiffre d'affaires annuel à 4,5 milliards d'euros d'ici 2018, contre 4,2 milliards précédemment annoncé.

A la Bourse de Francfort, l'action ProSiebenSat.1 gagnait 0,38% à 38,52 euros vers 8h20 GMT, l'une des deux seules hausses du Dax, qui reculait alors de 1,28%.

Le groupe de télévision a également donné un aperçu de ses résultats du troisième trimestre, qui devraient être publiés le 3 novembre. Le chiffre d'affaires du troisième trimestre devrait ainsi progresser d'environ 15% et l'Ebitda (bénéfice avant impôt, intérêts, dépréciation et amortissement) courant est attendu en hausse de plus de 10%.

ProSiebenSat.1, également propriétaire de l'agence de voyages en ligne Etraveli Holding et du site de comparaison Verivox, a aussi expliqué que son modèle consistant à faire la promotion de ses marques internet sur ses chaînes de télévision portait ses fruits.

L'Ebitda courant devrait atteindre 1,15 milliards d'euros d'ici 2018, a précisé le groupe, qui anticipait auparavant un résultat de 1,1 milliard d'euros.

ProSieben et ses concurrents tels que RTL Group ont acquis ces dernières années des activités dans le numérique, dont une plate-forme de vidéo en ligne et un réseau de chaînes de télévision sur YouTube, pour maximiser leurs recettes publicitaires. (Harro ten Wolde; Claude Chendjou pour le service français, édité par Marc Angrand)