Le secteur pétrolier bascule dans le rouge, pas d'embellie en vue

jeudi 29 octobre 2015 17h20
 

par Ron Bousso et Karolin Schaps

29 octobre (Reuters) - Le secteur pétrolier s'enfonce progressivement dans le rouge après des années de bénéfices imposants, un retournement de situation qui s'explique par la chute des cours pétroliers, sans grand espoir que ceux-ci se redressent spectaculairement.

Les "majors" ont toutes les peines du monde à s'adapter avec des cours pétroliers qui ont chuté de moitié depuis juin 2014; elles réduisent sans cesse leurs investissements, pratiquent des coupes claires dans leurs effectifs et renoncent à certains projets.

Les retombées de cette situation inconfortable ont été particulièrement sensibles au troisième trimestre: certaines compagnies ont vu leur bénéfice dégringoler, tandis que d'autres ont affiché des pertes. Les provisions pour dépréciation qu'elles ont constituées sont de l'ordre de 25 milliards de dollars (22,8 milliards d'euros) sur la période janvier-septembre.

Sur 10 des 20 premières compagnies pétrolières nord-américaines et européennes qui ont publié leurs comptes du troisième trimestre, sept se sont retrouvées déficitaires.

Il s'agit de Royal Dutch Shell, Eni, Occidental Petroleum, Anadarko Petroleum, Hess , Suncor et ConocoPhillips.

Shell a annoncé ce jeudi une perte de 7,4 milliards de dollars au troisième trimestre, en raison d'une charge de 8,2 milliards de dollars liée à l'arrêt d'un projet controversé de prospection en Alaska et d'un autre dans les sables bitumineux au Canada. A coût courant, il a dégagé un bénéfice de 1,8 milliard de dollars, inférieur au consensus et au résultat inscrit un an auparavant.

Pour moitié, les charges de Shell se rapportaient à une révision à la baisse de ses prévisions d'évolution des prix pétroliers et gaziers, a expliqué le directeur général Ben van Beurden.

Eni a lui accusé une perte nette d'un milliard de dollars et Total a subi un recul de 23% de son bénéfice net ajusté, qui est cependant ressorti supérieur au consensus.   Suite...