LEAD 1-Volkswagen n'exclut pas de nouvelles provisions

mercredi 21 octobre 2015 17h25
 

(Actualisé avec autres citations et point sur les ventes d'octobre)

VOLKSWAGEN, 21 octobre (Reuters) - Volkswagen pourrait devoir mettre de côté davantage que les 6,5 milliards d'euros déjà provisionnés pour couvrir les coûts de la fraude aux tests anti-pollution si le scandale a un impact négatif sur les ventes de voitures, a déclaré mercredi le président du directoire Matthias Müller.

"Les 6,5 milliards ont trait au rappel", a-t-il dit à la presse au siège du groupe à Wolfsburg. "Je ne puis que spéculer sur des provisions supplémentaires. S'il devait y avoir un changement dans les volumes de ventes, nous réagirions rapidement."

Egalement présent, Stefan Weil, le ministre-président du Land de Basse-Saxe qui siège au conseil de surveillance de VW, a indiqué que les ventes étaient stables à ce stade depuis le début du mois.

Volkswagen a par ailleurs confirmé avoir suspendu la vente au sein de l'Union européenne de certains modèles neufs équipés du logiciel anti-fraude et encore disponibles chez les concessionnaires.

Le groupe allemand a admis le 18 septembre avoir équipé certains de ses moteurs diesels de ce logiciel permettant de contourner les tests d'émissions polluantes, déclenchant le plus grave scandale de son histoire.

L'affaire partie des Etats-Unis a fait perdre au groupe le quart de sa valeur en Bourse et a entraîné la démission de son patron Martin Winterkorn, remplacé par Matthias Müller.

Prié de dire s'il était possible que seuls un petit nombre d'individus soient responsables, Müller a répondu : "Nous sommes toujours au milieu du processus de clarification, y compris la question des possibles coupables et des possibles causes".

Les investigations sont "compliquées" et remontent jusqu'à 2005, a-t-il ajouté. (Andreas Cremer, Véronique Tison pour le service français)