USA-Les banques ont souffert d'un trading FICC morose au T2-analystes

jeudi 9 juillet 2015 08h43
 

par Lauren Tara LaCapra

NEW YORK, 9 juillet (Reuters) - Les résultats de plusieurs banques américaines risquent d'avoir subi l'impact d'un marché obligataire qui fut poussif durant le printemps et dont l'activité s'était encore plus dégradée au début de l'été, estiment des analystes.

Les sujets d'inquiétude ont été extrêmement divers pour les investisseurs durant le deuxième trimestre, de la crise grecque à la déconfiture des marchés boursiers chinois en passant par les doutes sur la capacité de la Réserve fédérale à pouvoir relever les taux d'intérêt dès cette année.

Dans les 13 jours qui se sont écoulés entre des conférences d'investisseurs fin mai et début juin, des responsables de Bank of America ont jugé dans un premier que leur revenu du trading variait de stagnant à en baisse pour ensuite dire qu'il était simplement en baisse. Des analystes de Deutsche Bank ont déclassé Goldman Sachs fin juin en raison notamment de la faiblesse prévisible du trading.

"En dépit du fait qu'il y ait eu un flux massif d'informations et de gros titres, surtout relatifs à la Grèce, cela ne s'est pas traduit pas une accélération de l'activité", dit Steven Chubak, analyste de Nomura. "En raison de l'incertitude, beaucoup sont restés dans l'expectative en juin".

Le trading FICC (obligations, changes, matières premières) des banques est celui qui a été le plus affecté, remarque Chubak et d'autres analystes. Nomura prévoit une baisse de 8% du revenu FICC par rapport au deuxième trimestre 2014.

JPMorgan Chase sera mardi la première grande banque à publier ses comptes du deuxième trimestre. Les analystes anticipent un bénéfice par action en baisse de 1,4% à 1,44 dollar, selon Thomson Reuters I/B/E/S.

Ce sera au tour de Goldman Sachs le lendemain et les analystes prévoient un bénéfice par action en recul de 4,5% à 3,92 dollars. Morgan Stanley, moins présente sur l'obligataire et dont la performance avait été particulièrement médiocre un an auparavant, dégagerait au contraire un bénéfice par action en hausse de 23% à 74 cents. Cette dernière publiera ses comptes trimestriels le lundi 20 juillet.

Le bénéfice par action moyen anticipé pour Bank of America , qui publie mercredi, et Citigroup, dont les résultats seront annoncés jeudi, est sensiblement plus élevé que celui du trimestre comparable un an plus tôt, lequel avait été plombé par de gros frais de contentieux. Mais les analystes là encore ne sont pas optimistes pour le revenu de trading dans les deux cas.   Suite...