September 8, 2009 / 7:26 PM / 8 years ago

LEAD 1 Renault un peu plus optimiste pour l'Europe en 2010/Ghosn

3 MINUTES DE LECTURE

* 2010 sera à peu près au niveau de 2009 en Europe, voire légèrement meilleure

* Ghosn se dit confiant car la crise financière est "derrière nous"

PARIS, 8 septembre (Reuters) - Le PDG de Renault (RENA.PA)-Nissan (7201.T) dit s'attendre à une année 2010 à peu près au niveau de 2009 en Europe, voire "légèrement meilleure".

Dans une interview à paraître mercredi dans Le Figaro, Carlos Ghosn se montre ainsi un peu plus optimiste qu'au début juillet, quand il déclarait s'attendre à "une année 2010 aussi difficile que 2009."

Le constructeur automobile, onzième mondial en 2008 et quatrième avec son partenaire japonais Nissan, avait annoncé fin juillet, lors de la publication de semestriels marqués par une perte opérationnelle et une perte nette, anticiper un repli global des ventes de 12% sur l'ensemble de l'année [ID:nLT334933].

"Je suis confiant", poursuit-il dans le Figaro. "Car si nous sommes encore dans une situation de déprime économique, la crise financière est clairement derrière nous, avec une régularisation des circuits financiers et une normalisation des activités bancaires."

"Sur de nombreux marchés, nous sommes à peu près en fin de récession", ajoute-t-il. "On a passé le plus dur notamment aux États-Unis et dans les pays émergents."

Dans ces pays, il attend toujours un redémarrage de l'activité au premier trimestre 2010.

En ce qui concerne l'Europe, il continue de penser qu'il faudra patienter jusqu'à la fin 2010, voire le début 2011, pour assister à une amélioration.

Carlos Ghosn juge un mouvement de concentration inévitable dans le secteur automobile afin d'atteindre "une échelle minimale" pour les fournissseurs et de partager entre constructeurs des investissements technologiques qui explosent.

"Pour que les ingénieurs collaborent de façon efficace (...), à mon sens, un projet spécifique n'est pas suffisant, il faut un vérirable allié, sur le long terme", poursuit-il, tout en reconnaissant que Renault-Nissan, qui dispose déjà d'une "alliance qui fonctionne", a intérêt à ce que les éventuels regroupements qui s'annoncent aient lieu "le plus tard possible".

S'il entrevoit des signaux encourageants pour l'automobile, Carlos Ghosn précise néanmoins qu'il ne faut pas en déduire "un rebond fort dans l'immédiat", mais il anticipe plutôt "une remontée en douceur étalée sur plusieurs années".

Gilles Guillaume, édité par Danielle Rouquié

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below