JP Morgan abaisse sa prévision 2008 pour l'indice S&P-500

lundi 8 décembre 2008 16h41
 

8 décembre (Reuters) - J.P. Morgan Securities a révisé en baisse lundi sa prévision pour le Standard & Poor's 500 .SPX à la fin de l'année ainsi que ses estimations de bénéfices des entreprises composant l'indice en 2008 et 2009, ajoutant s'attendre à la généralisation de suppressions d'emplois dans de nombreux secteurs.

Le spécialiste du courtage a ramené à 1.000 points son objectif pour le S&P-500 à la fin 2008, contre une estimation précédente de 1.125. Vers 15h40 GMT, l'indice gagnait 3,65% à 908 points.

Morgan Stanley vise de son côté un indice S&P-500 à 975 points à la fin de l'année.

JP Morgan a indiqué s'attendre à une forte hausse du nombre de demandeurs d'emplois dans le secteur minier, les services aux entreprises, l'industrie et la distribution, les taux de chômage de ces secteurs restant toujours en deçà des niveaux observés lors des précédentes récessions.

Morgan Stanley estime pour sa part que le marché continuera d'être extrêmement volatil en 2009.

Selon elle, le bénéfice opérationnel moyen des entreprises du S&P-500 en 2009 devrait se situer à 53 dollars - et à zéro pour les secteurs financiers et des matières premières -, en baisse de 35% pour l'energie et en recul sensible pour les technologiques et l'industrie. En ce qui concerne les producteurs de métaux, Morgan Stanley table en moyenne l'an prochain sur une perte.

Elle estime aussi que les financières présentent à la fois le niveau de risque, mais aussi les opportunités, les plus élevés.

Principales bénéficiaires des plans d'aides publics massifs et de la courbe de taux pentue, les leaders de la banque - JPMorgan Chase (JPM.N: Cotation), Wells Fargo (WFC.N: Cotation), State Street (STT.N: Cotation) et Bank of New York Mellon (BK.N: Cotation) - sont clairement recommandées à l'achat, ajoute-t-elle.

Malgré cela, le secteur ne devrait pas vraiment gagner d'argent en 2009, et des dossiers difficiles apparaîtront probablement encore l'an prochain, similaires à ceux de Bear Stearns, Lehman Brothers LEHMQ.PK et Citigroup (C.N: Cotation), poursuit Morgan Stanley, ce qui se traduira par un niveau de volatilité artificiellement élevé.   Suite...