LEAD 1 Safran maintient le cap en dépit de la grève chez Boeing

lundi 8 septembre 2008 18h50
 

SAINT-MALO (Ille-et-Vilaine), 8 septembre (Reuters) - Safran (SAF.PA: Cotation) ne s'inquiète pas de la grève en cours chez Boeing (BA.N: Cotation) et estime que le conflit social au sein des usines du constructeur aéronautique américain ne devrait pas empêcher le groupe de tenir ses objectifs financiers pour 2008, a déclaré lundi Jean-Paul Herteman, son président du directoire.

"Nous avons des relations contractuelles qui font que, sauf si la grève devait durer très, très, très longtemps, nous continuerons à fonctionner", a-t-il dit à Reuters en marge d'une conférence organisée à l'occasion de la sixième université d'été de la défense à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine).

Le spécialiste de l'aéronautique, de la défense et de la sécurité assure la fabrication de tous les réacteurs du monocouloir B737 de Boeing via sa filiale CFM International, structure contrôlée à parité avec General Electric (GE.N: Cotation).

Le dirigeant a indiqué que ses équipes n'avaient pas de "visibilité sur (la durée de) la grève ni de chiffrage précis."

"Il n'y a en tous cas pas d'impact prévisible ou significatif sur les résultats de cette année. A ce stade, la grève ne nous empêchera pas de réaliser ce que nous avons promis au marché", a-t-il expliqué.

Un arrêt de travail à l'appel du principal syndicat de Boeing, lequel revendique 27.000 adhérents, a débuté vendredi à minuit, heure du Pacifique (07h00 GMT samedi) au terme de deux jours de discussions infructueuses avec la direction sur la convention collective [ID:nL8650841]. Jean-Paul Herteman a toutefois reconnu que si la grève devait durer plus d'un mois, la situation "deviendrait un peu difficile à gérer."

Safran a confirmé le 31 juillet dernier viser un résultat opérationnel d'environ 750 millions d'euros cette année et un chiffre d'affaires de plus de 10 milliards d'euros [ID:nL1359114]. Interrogé sur la possibilité pour Safran de racheter la participation de 20,8% que détient l'équipementier franco-américain Alcatel-Lucent ALUA.PA dans le spécialiste de la défense français Thales (TCFP.PA: Cotation) si celle-ci devait être mise en vente, Jean-Paul Herteman a répété que "le scénario avait été étudié mais qu'il ne serait pas approfondi. On a plein d'autres projets en tête et celui-là on ne l'approfondit pas." /MB

(Matthias Blamont, édité par Jacques Poznanski)