May 8, 2009 / 2:29 PM / 8 years ago

LEAD 1 RBS publie une perte au premier trimestre, le titre monte

4 MINUTES DE LECTURE

(actualisé avec déclarations et réaction d'analyste)

par Steve Slater et Myles Neligan

LONDRES, 8 mai (Reuters) - Royal Bank of Scotland RBOS.L, détenue à 70% par l'Etat britannique, a accusé une perte limitée au premier trimestre, la forte croissance de sa division banque d'investissement ayant compensé la hausse des créances douteuses et de nouvelles dépréciations représentant au total cinq milliards de livres.

La deuxième banque britannique en termes de capitalisation boursière a enregistré une perte de 44 millions de livres (49 millions d'euros) sur les trois premiers mois de l'année contre un bénéfice de 479 millions de livres au premier trimestre 2008.

Les créances douteuses ont été été multipliées par quatre pour atteindre 2,86 milliards de livres en raison de l'impact de la récession sur les clients de la banque.

Ce mauvais chiffre a toutefois été compensé par la forte hausse du chiffre d'affaires de ses activités de banque d'investissement, quasiment multiplié par deux à 4,27 milliards de livres.

"Ils ont réalisé un premier trimestre solide dans la banque d'investissement, peut-être plus solide que ce que les gens prévoyaient. Par ailleurs, les créances douteuses ne sont pas aussi mauvaises que ce qui était attendu", commente Bruno Paulson, analyste à Sanford Bernstein.

A 13h48 GMT, l'action RBS gagnait 13,9%, la plus forte hausse de l'indice britannique FTSE 100 .FTSE.

HAUSSE ATTENDUE DES CRÉANCES DOUTEUSES

RBS a prévenu que le montant des créances douteuses risquait encore d'augmenter pendant toute l'année 2009 en raison de l'impact de la crise sur les entreprises et les ménages.

Selon Stephen Hester, le directeur général de la banque, les créances douteuses pour l'ensemble de l'année pourraient représenter quatre fois le chiffre du premier trimestre, soit 11,4 milliards de livres, en hausse de 54% par rapport aux 7,43 milliards de 2008.

RBS a par ailleurs souligné que sa marge nette d'intérêt, c'est-à-dire la différence entre les intérêts versés aux titulaires de comptes de dépôt et aux créanciers et les intérêts perçus auprès des titulaires de prêt, avait baissé au premier trimestre et continuerait de reculer pendant le reste de l'année.

RBS a vu sa marge d'intérêt descendre à 1,73% sur les trois premiers mois de l'année. Elle devrait encore baisser de 0,15 point de pourcentage sur l'ensemble de l'exercice, selon la banque.

L'établissement basé à Edimbourg a par ailleurs enregistré de nouvelles dépréciations s'élevant à 2,1 milliards de livres en raison de son exposition sur le marché du crédit.

L'Etat britannique a acquis une participation majoritaire dans la banque en octobre en échange d'une aide d'urgence de 20 milliards de livres.

version française Benoît Van Overstraeten et Gwénaëlle Barzic

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below