LEAD 3 CASA - Emporiki prévoit une injection de E1 Md de fonds

mercredi 7 octobre 2009 18h41
 

 * Dépréciation proche de E500 mlns au T3 sur Emporiki pour
le Crédit agricole
 * Emporiki vise une réduction du coût du risque qui devrait
être ramené à moins de 1% des encours à l'horizon 2011
 * Le plan de restructuration vise la rentabilité fin 2011
 (Actualisé avec cours, communiqué du Crédit agricole)
 Par Julien Ponthus
 PARIS, 7 octobre (Reuters) - Emporiki Bank of Greece
CBGr.AT a annoncé mercredi prévoir une injection d'un milliard
d'euros de fonds propres "Tier 1" de la part de son actionnaire
majoritaire Crédit agricole (CAGR.PA: Cotation) dans le cadre d'un plan de
restructuration qui doit lui permettre de renouer fin 2011 avec
la rentabilité.
 Le Crédit agricole a pour sa part indiqué mercredi dans un
communiqué diffusé après la clôture de la Bourse qu'il
enregistrerait une dépréciation sur Emporiki légèrement
inférieure à 500 millions d'euros dans ses comptes du troisième
trimestre 2009.
 Les modalités de l'injection et la nature des fonds propres
qui seront transférés à Emporiki n'ont pas été détaillées mais
la banque verte s'est engagée à tirer "toutes les conséquences
financières de ce plan".
 Les investisseurs ont plutôt bien accueilli l'annonce de
l'injection de fonds propres et l'action Crédit agricole a
terminé la séance en baisse de 0,68% à 17,70 euros, une
performance en ligne avec l'indice Dow Jones des banques
européennes  qui a perdu 0,65% dans la journée. 
 "Un élément décevant c'est qu'auparavant on parlait de
rentabilité (pour Emporiki) en 2011 alors que maintenant c'est
fin 2011. Ce ne sont pas des nouvelles extraordinaires mais au
moins on gagne en visibilité", a commenté un analyste qui a
souhaité conservé l'anonymat. 
 Crédit agricole, qui possède environ 82% de la banque
grecque, avait annoncé lors de la publication de ses résultats
du premier semestre en août qu'un plan de restructuration de sa
filiale serait annoncé début octobre. 
 Les comptes du Crédit agricole, bien que supérieurs aux
attentes, faisaient ressortir une hausse de provisions notamment
à cause de sa filiale grecque. 
 Emporiki, qui a accusé une perte nette de 359 millions
d'euros sur les six premiers mois de 2009 à la suite d'une
flambée de ses provisions pour risque de crédit devrait selon
ses prévisions terminer sur une perte de 570 millions d'euros.
 La banque grecque vise maintenant une forte réduction du
coût du risque qui devrait être ramené à moins de 1% des encours
à l'horizon 2011, selon le plan de restructuration. 
 Emporiki entend en outre rationaliser sa structure de coûts,
grâce aux mesures de productivité et d'économie déjà annoncées
en juin 2009 et qui comprenaient une baisse de 21% de ses frais
généraux et la fermeture de 57 agences entraînant le départ de
1.500 salariés.
 PREMIER SIGNES DE REDRESSEMENT
 "Emporiki montre déjà des premiers signes de redressement
après le contexte très difficile et instable que nous avons
connu depuis le quatrième trimestre 2008", a déclaré son
 directeur général Alain Strub dans un communiqué.
 Pour trois analystes interrogés par Reuters, si l'injection
de fonds propres ne nécessite pas une augmentation de capital de
la part du Crédit agricole, ce dernier doit néanmoins toujours
décider comment rembourser les fonds propres apportés par l'Etat
français.
 Le Crédit mutuel a effectué ses remboursements la semaine
dernière et BNP Paribas (BNPP.PA: Cotation) et Société générale (SOGN.PA: Cotation)
ont fait appel aux marché pour effectuer le remboursement.
 Le Crédit agricole se trouve dans une situation particulière
car la banque n'a souscrit qu'à la première tranche d'aide de
l'Etat et n'a pas émis des actions de préférence à l'Etat.
 Si la banque déclarait récemment ne voir aucune urgence à
rembourser l'Etat, le secrétaire général de l'Elysée, Claude
Guéant a déclaré dans une interview au Figaro mercredi que
"d'ici peu, toutes les banques auront remboursé l'Etat". 
 (Édité par Cyril Altmeyer et Jean-Michel Bélot)