7 mai 2009 / 05:29 / il y a 8 ans

LEAD 4 Socgen - Perte surprise au T1 en raison des dépréciations

* Perte nette de E278 mlns au T1

* Dépréciations supplémentaires de E1,5 md en BFI

* Socgen émettra E1,7 md d‘actions préférentielles pour l‘Etat français

(actualisé avec déclaration de Socgen, cours de bourse)

Par Matthieu Protard

PARIS, 7 mai (Reuters) - Société générale (SOGN.PA) a surpris jeudi le marché après avoir fait état d‘une perte pour les trois premiers mois de 2009 à la suite de lourdes dépréciations, entraînant la chute de l‘action, l‘une des rares valeurs financières orientées à la baisse.

La banque française a accusé une perte nette de 278 millions d‘euros sur le premier trimestre de l‘année alors que le consensus Reuters anticipait un résultat net positif de 320 millions d‘euros sur la période, selon la moyenne des prévisions de 11 analystes.

Quinze mois après avoir essuyé une perte record de trading de 4,9 milliards d‘euros liée à l‘affaire Kerviel, les comptes de la Socgen basculent ainsi une nouvelle fois dans le rouge.

Vers 16h00, l‘action Société générale abandonnait 5,53% à 41,34 euros, sous-performant nettement l‘indice sectoriel DJ Stoxx .SX7P des banques européennes, en hausse au même moment de 2,09%.

“Le niveau des dépréciations est surprenant. La banque semble moins résistante dans la banque de détail en France que BNP Paribas (BNPP.PA)”, commente Christoph Bossmann, analyste chez WestLB.

La Société générale a expliqué avoir enregistré au premier trimestre 1,5 milliard d‘euros de dépréciations d‘actifs supplémentaires dans sa banque de financement et d‘investissement (BFI), dont 866 millions d‘euros sur les rehausseurs de crédit.

S‘y ajoutent 472 millions d‘euros de décotes sur des couvertures de portefeuille de crédits corporate (credit default swap), venant réduire les revenus de sa BFI.

“Les revenus de la BFI ont été dopés par les revenus de trading plus que par les revenus des activités clientèle et restent exposés à de nouvelles dépréciations”, écrivent les analystes de KBW dans leur note de recherche.

Les résultats trimestriels de la Socgen contrastent avec ceux publiés la veille par son éternelle rivale BNP Paribas qui a rapporté un bénéfice net de 1,56 milliard d‘euros, bien au-dessus des attentes des analystes, et 555 millions d‘euros de dépréciations.

ENCORE 20 MILLIARDS D‘EXPOSITIONS RISQUÉES

Prié de dire si la banque anticipait de pertes pour les prochains trimestres et si elle redoutait pour son indépendance, Frédéric Oudéa, nommé mercredi président directeur général de la Socgen, a répondu: “Un trimestre ne fait pas une année, un trimestre ne fait pas une stratégie”.

Il n‘a en revanche pas formellement écarté l‘hypothèse de nouvelles pertes.

Frédéric Oudéa, qui prend ainsi la présidence de la banque pour remplacer Daniel Bouton, en plus de ses fonctions de directeur général, s‘exprimait lors d‘une conférence de presse.

“On a pris des valorisations sur des hypothèses conservatrices et des niveaux d‘indices bas au 31 mars”, a de son côté indiqué à Reuters Didier Valet, le directeur général de la Société générale, pour expliquer les dépréciations passées sur le trimestre.

Le groupe a toutefois indiqué qu‘il s‘attendait à une hausse de son coût du risque au cours de 2009 et que de nouvelles dépréciations n’étaient pas exclues.

Lors d‘une conférence de presse, Didier Valet a d‘ailleurs estimé que la banque avait encore environ 20 milliards d‘euros d‘expositions à risque.

En raison de la crise économique, la Société générale a par ailleurs multiplié par 2,3 ses provisions, qui s’élèvent à 1.354 millions d‘euros à la fin du premier trimestre.

La banque a notamment constaté une “forte” hausse de son coût du risque en Russie, en proie à la récession économique, où la banque est présente via sa filiale Rosbank.

OUDÉA DÉFEND LA STRATÉGIE SUR L‘EUROPE DE L‘EST

Régulièrement interrogé sur les risques liés à son exposition à l‘Europe de l‘Est et à la Russie, Frédéric Oudéa a réaffirmé son attachement à “un portefeuille d‘activités équilibré entre les pays occidentaux et les pays émergents”.

Il estime aussi que la situation des pays d‘Europe de l‘Est et la Russie, rattrapés depuis l‘automne dernier par la crise, est en voie de stabilisation.

“Ces pays, comme tous les pays du monde, sont affectés par la crise. Mais je pense que la situation est sous contrôle”, a déclaré Frédéric Oudéa mercredi matin sur Radio Classique.

Pour renforcer sa solidité financière, la Société générale va solliciter la deuxième tranche d‘aide du gouvernement français au secteur bancaire et émettre pour 1,7 milliard d‘euros d‘actions de préférence que souscrira l‘Etat.

Son ratio de solvabilité financière “Tier One” sera ainsi amélioré de 50 points de base, à 9,2% contre 8,7% au 31 mars 2009. Son ratio “core Tier One” s’élèvera à 7%.

A la différence de BNP, la Socgen ne va pas convertir la première tranche d‘aide de 1,7 milliard d‘euros obtenue en décembre 2008 sous la forme de dette hybride en actions de préférence.

Voir aussi:

* BNP signe un T1 meilleur que prévu grâce à sa BFI [ID:nL69239]

* Oudéa renoue avec la gouvernance d‘avant-Kerviel [ID:nL6982212]

* Oudéa, une ascension fulgurante [ID:nL678296]

avec Sudip Kar-Gupta, édité par Marc Angrand et Cyril Altmeyer

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below