1 avril 2015 / 11:09 / il y a 2 ans

LEAD 1-Genfit envisage plusieurs options, revient sur sa communication

* Genfit contacté par une quinzaine de sociétés pharmaceutiques pour un partenariat

* Prêt à ouvrir ses livres de compte vers le mois de juin pour une entrée au capital

* Confirme envisager une levée de fonds de 200 millions de dollars

* Le pdt du directoire défend les conclusions de l'étude dans la NASH

* L'action perd 4% (Actualisé avec précisions, contexte et cours de Bourse)

par Alexandre Boksenbaum-Granier

PARIS, 1er avril (Reuters) - Genfit a été approché par une quinzaine d'entreprises du secteur pharmaceutique en vue d'un possible partenariat et est prêt à ouvrir ses livres de comptes vers le mois de juin en vue d'une ouverture de son capital, a fait savoir mercredi son président du directoire Jean-François Mouney.

La société biopharmaceutique a récemment fait du yo-yo en Bourse après la publication des résultats d'une étude très attendue sur son candidat médicament phare, le GFT505 pour le traitement de la NASH (maladie hépatique), et sur des anticipations d'un rachat de l'entreprise. et

Jean-François Mouney a répété dans les médias être ouvert à de potentiels partenariats.

"Nous avons été contactés de manière forcenée par une quinzaine de sociétés pharmaceutiques depuis le 1er janvier", a-t-il expliqué lors d'une conférence.

Et le dirigeant de préciser qu'il discute notamment avec des sociétés ayant une bonne connaissance de la NASH, des entreprises spécialisées dans les maladies métaboliques ou dans les maladies hépatiques.

Sur le marché, les noms de Sanofi et Novartis ont régulièrement circulé quant à un éventuel intérêt pour Genfit.

"Il y a des partenariats, c'est souvent plus si affinités. C'est vrai que pour certains, cela vaut peut-être le coup de mettre un ticket sur la table. C'est peut-être moins cher de le mettre dans l'année qui vient que de le mettre dans trois ans", a déclaré Jean-François Mouney.

"OUI, NOUS DISCUTONS"

"Toutes les options sont ouvertes. Oui, nous discutons et nous nous apprêtons à rediscuter énormément avec les sociétés pharmaceutiques", a-t-il poursuivi.

Le dirigeant a précisé que le groupe était disposé à ouvrir plus largement ses livres de comptes vers le mois de juin.

Il a par ailleurs confirmé que Genfit envisageait une levée de fonds de 200 millions de dollars et la possibilité d'une cotation sur le Nasdaq.

A 13h, l'action Genfit accuse l'une des plus fortes baisses du SBF 120, avec un recul de 4,03% à 32,99 euros contre un gain de 1,33% au même instant pour l'indice, en partie pénalisée par les craintes d'une potentielle dilution dans le capital de la société.

Lors de sa conférence, Jean-François Mouney a cherché à convaincre de la qualité des résultats publiés la semaine dernière, les qualifiant de "convaincants" et revenant sur le manque de clarté qui a pu être reproché à Genfit dans sa communication.

Genfit a annoncé jeudi dernier que les premiers résultats d'une étude de phase 2 sur son traitement destiné à soigner la NASH avaient montré des résultats encourageants, tout en précisant que l'étude telle qu'elle avait été définie initialement n'avait pas permis de "satisfaire directement au critère principal".

Jean-François Mouney a expliqué que le premier document préparé par des scientifiques était beaucoup plus simple et clair que le document final, mais avait été modifié après une rencontre avec des juristes aux Etats-Unis.

"FDA-COMPATIBLE"

"Ce press release, on l'a négocié avec la FDA en novembre (...) On a négocié le fait que dans ce press release, nous donnerions la totalité des résultats et que nous donnerions une idée, s'ils le souhaitaient, des sous-groupes", a-t-il dit.

"A vouloir tout dire, on a un press release qui était relativement difficile à comprendre. Il est sincère, il est complet mais il est difficile à comprendre (...) J'en suis désolé et je m'en excuse auprès de ceux que cela a un peu perdu au milieu de nulle part."

Jean-François Mouney s'est cependant dit persuadé que cette communication lui permettait de répondre aux attentes de la FDA, ajoutant préférer être "FDA-compatible" que plaire à certains analystes.

Genfit a en outre précisé son agenda sur ses recherches pour l'année à venir, anticipant une publication en juin dans un journal de renommée internationale d'un manuscrit actuellement en préparation, des réunions avec les agences spécialisées durant l'été et le début d'une phase III en fin d'année.

L'enjeu est de taille pour la société française et son concurrent américain Intercept, les analystes estimant entre 35 et 40 milliards de dollars (32,4 à 37 milliards d'euros) le marché de la NASH d'ici une dizaine d'années. (Avec Gwénaëlle Barzic, édité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below