CORR-LEAD 1-Vinci réfute des accusations de travail forcé au Qatar

mardi 24 mars 2015 14h31
 

(Supprime au 4e paragraphe que l'association Sherpa a envoyé lundi un courrier à Vinci, ce qui n'est pas le cas)

* L'ONG Sherpa dit avoir porté plainte contre Vinci

* Vinci réplique en portant plainte pour diffamation

PARIS, 24 mars (Reuters) - Le groupe de BTP Vinci a réfuté mardi des accusations de l'ONG Sherpa, qui a annoncé avoir déposé plainte contre lui pour "travail forcé" et "réduction en servitude" en raison des conditions de travail sur des chantiers du Mondial au Qatar.

Vinci a fait savoir dans un communiqué qu'il avait décidé de porter plainte pour diffamation contre cette ONG, rappelant qu'il adhère depuis 2003 au Global Compact porté par les Nations unies, par lequel les entreprises s'engagent sur dix principes touchant aux droits de l'homme, aux normes du travail, à l'environnement et à la lutte contre la corruption.

Sherpa, qui se définit comme une association de défense des populations victimes de crises économiques, entend dénoncer la situation sur les chantiers destinés à la coupe du monde de football de 2022, notamment des accidents du travail fréquents et la confiscation des passeports des ouvriers migrants.

L'association, a précisé à Reuters sa directrice Laetitia Liebert, a déposé plainte ce mardi au parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine) en demandant l'ouverture d'une enquête préliminaire sur les conditions de travail des salariés de Vinci au Qatar.

Un porte-parole de Vinci a indiqué que le groupe n'en n'avait pas encore été notifié, ajoutant : "Au Qatar, comme dans tous les pays dans lesquels Vinci intervient, le groupe respecte le droit local du travail et les droits fondamentaux."

"Au Qatar, chaque collaborateur de QDVC (filiale qatarie de Vinci) bénéficie d'un libre accès à son passeport et les temps de travail et de repos sont strictement respectés", a précisé le porte-parole dans un courriel à Reuters.   Suite...