LEAD 1-Burberry avertit sur un recul de ses ventes à Hong Kong fin 2014

mercredi 14 janvier 2015 12h09
 

(Actualisé avec précisions, cours de Bourse)

par Emma Thomasson

BERLIN, 14 janvier (Reuters) - Le groupe de luxe britannique Burberry a averti mercredi qu'une baisse des ventes à Hong Kong en fin d'année 2014 pourrait affecter ses marges bénéficiaires sur l'ensemble de l'exercice, même si le renouveau des trench-coats qui font sa renommée ont dopé la demande dans le reste du monde.

Des manifestations pro-démocratie ont freiné dès septembre ses ventes à Hong Kong, où il réalise environ 10% de son chiffre d'affaires. Burberry a ainsi connu une croissance faible dans la zone Asie-Pacifique pour son troisième trimestre clos fin décembre après une progression à deux chiffres les six mois précédents.

Toutefois, le groupe a compensé ce ralentissement par une croissance à deux chiffres de ses ventes en Amérique, en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique, soutenues par le renouveau de ses imperméables doublés en popline de coton à carreaux beige, rouge et noir désormais vantés par les top-models britanniques Kate Moss et Cara Delevigne.

Au total, l'entreprise créée il y a 159 ans a annoncé une hausse de 14% de ses ventes au détail sur le trimestre, à 604 millions de livres (777 millions d'euros), avec une croissance à périmètre constant de 8%, une évolution stable par rapport au trimestre précédent et meilleure que prévu.

L'action Burberry perd 0,48% vers 10h55 GMT à la Bourse de Londres, surperformant l'indice FTSE-100 qui recule de 1,3%. Ses concurrents dans le luxe LVMH (+0,26%) et PPR (-0,1%) affichent également des variations limitées.

"Le marché ne semble pas accorder beaucoup de crédit à la bonne dynamique de ventes de Burberry", dit l'analyste de Citi Thomas Chauvet, ajoutant que cela est peut être lié à l'incertitude sur les marges et la perspective d'une éventuelle réduction des coûts. Son opinion sur la valeur est "neutre".

Burberry a précisé que le ralentissement à Hong Kong et une modification de la répartition des ventes par région avaient plus que contre-balancé une modeste amélioration liée aux variations de change. En novembre, le groupe avait dit que les taux de change défavorables risquaient d'affecter sa marge pour les ventes de gros comme au détail sur l'ensemble de l'année.

Le secteur du luxe dans le monde traverse une phase difficile, la crise en Ukraine ayant freiné la demande en Russie alors que les manifestations à Hong Kong ont renforcé l'inquiétude liée au ralentissement de la croissance en Chine, laquelle est engagée dans une vaste campagne de lutte contre la corruption qui a aussi un impact négatif sur les ventes de produits de luxe. (Avec Sudip Kar-Gupta, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison)