LEAD 1-Air France-KLM juge "prématuré" de détailler ses nouvelles économies

mardi 13 janvier 2015 22h11
 

(Actualisé avec démenti d'Air France et précisions)

PARIS, 13 janvier (Reuters) - Air France-KLM a jugé mardi "prématuré" d'apporter des précisions sur les réductions de coûts supplémentaires envisagées par la compagnie franco-néerlandaise et démenti les informations du Figaro sur un nouveau plan de 5.000 suppressions de postes.

Le groupe a annoncé en décembre, lors de son troisième avertissement sur résultats de l'année, travailler à des mesures supplémentaires pour réduire ses coûts et ses investissements.

Selon les informations du Figaro, elle passeront par un nouveau plan de réduction d'effectifs qui pourrait porter sur près de 5.000 postes et qui devrait être annoncé dans les prochaines semaines.

"Le renforcement de ces actions (annoncé en décembre) sera évidemment soumis aux représentants du personnel", a indiqué le porte-parole de la compagnie. "Rien n'est encore décidé."

Le porte-parole a refusé de dire à quelle date les syndicats seraient informés et si le sujet serait évoqué lors du prochain CCE, qui se tient jeudi 22.

Selon le Figaro, la compagnie tricolore serait la plus touchée par le nouveau plan de réduction d'effectifs, mais son homologue néerlandaise KLM devrait aussi réduire les siens.

"La situation de l'entreprise est de nouveau alarmante (...) mais je ne pense pas qu'il soit arbitré, ou décidé, de supprimer autant d'emplois, car l'entreprise ne pourrait alors plus fonctionner", a déclaré à Reuters Béatrice Lestic, représentante CFDT chez Air France.

Le Figaro rappelle que le numéro deux européen du transport aérien sort déjà d'un vaste plan de départs volontaires de 8.000 postes en trois ans.

Le groupe est parvenu à stabiliser son trafic passagers en 2014 mais il a enregistré depuis l'été une dégradation de ses recettes en raison du contexte concurrentiel, auquel est venu s'ajouter une grève historique des pilotes d'Air France en septembre contre les ambitions du groupe dans le "low cost". (Gilles Guillaume, édité par Gérard Bon et Patrick Vignal)