Sainsbury réduit ses coûts pour baisser ses prix

mercredi 12 novembre 2014 09h12
 

LONDRES, 12 novembre (Reuters) - Le groupe britannique de supermarchés Sainsbury's a annoncé mercredi qu'il réduirait ses coûts et ses dépenses et accepterait une baisse de sa rentabilité afin de baisser ses prix et défendre ses parts de marché.

Avec un cours de Bourse en baisse d'un tiers sur un an, la pression montait sur Mike Coupe, arrivé aux commandes en juillet, pour qu'il revoie la stratégie du groupe et lui évite une descente aux enfers comme celle que connaît le leader Tesco .

Dans son communiqué de résultats semestriels, Sainsbury's annonce qu'il consacrera 150 millions de livres (190 millions d'euros) supplémentaires à ses efforts de baisse des prix sur les 12 prochains mois, ce qui entraînera une baisse de sa profitabilité au second semestre. Le dividende de l'ensemble de l'exercice diminuera en conséquence.

Le groupe va parallèlement ralentir ses ouvertures de nouveaux espaces sur les deux prochaines exercices et accroître la part du non alimentaire dans ses rayons, notamment l'habillement et les articles pour la maison.

Au total, les coûts doivent être réduits de 500 millions de livres par an sur les trois prochaines années.

Sur les six mois au 27 septembre, Sainsbury's a dégagé un bénéfice avant impôts et éléments exceptionnels de 375 millions de livres (478 millions d'euros), supérieur au consensus qui était autour de 350 millions mais inférieur au résultat du premier semestre 2013/2014 (400 millions de livres).

En incluant diverses charges, le semestre se solde par une perte de 290 millions de livres. Le groupe a maintenu son dividende intérimaire à 5,0 euros mais a averti que la baisse attendue de ses bénéfices entraînerait probablement une diminution sur l'ensemble de l'exercice.

Le titre Sainsbury's est stable autour de 269 pence dans les premiers échanges à la Bourse de Londres, un cours qui correspond à une capitalisation boursière d'environ 5,13 milliards de livres. (James Davey, Véronique Tison pour le service français)