Bourse-Alcatel recule, les investissements ralentissent aux USA

lundi 10 novembre 2014 11h24
 

PARIS, 10 novembre (Reuters) - L'action Alcatel-Lucent accuse lundi matin la plus forte baisse de l'indice CAC 40, le marché américain des télécoms, très important pour l'équipementier, montrant des signes de ralentissement en matière d'investissements.

A 11h14, le titre recule de 4,15% à 2,564 euros, contre un gain de 0,44% au même instant pour le CAC 40. Le suédois Ericsson perd 1,15%.

Vendredi, AT&T a annoncé le rachat de Iusacell, troisième opérateur mobile aux Mexique, pour 2,5 milliards de dollars (deux milliards d'euros).

Mais le géant américain a également indiqué que ses dépenses d'investissement seraient réduits à 18 milliards de dollars en 2015, contre 21 milliards cette année.

Les revenus des groupes travaillant avec AT&T vont être beaucoup plus faibles l'année prochaine, souligne dans une note Jefferies évaluant à environ 8% le chiffre d'affaires réalisé par Alcatel-Lucent avec le géant américain.

"Le marché américain a représenté (respectivement) 43% et 26% des ventes d'Alcatel et d'Ericsson lors des neuf premiers mois de 2014, mais plus important AT&T a représenté 12% des ventes d'Alcatel et 7% à 9% de celles d'Ericsson", indique de son côté Credit suisse.

"Le ralentissement des investissements chez AT&T et de l'ensemble du marché américain peut potentiellement créer des difficultés pour ces deux fournisseurs", considère le broker suisse.

Celui-ci précise toutefois qu'Alcatel-Lucent pourrait chercher à compenser cette situation par des gains de parts de marché dans les routeurs de coeurs de réseau et une reprise dans les câbles sous-marins.

Le groupe franco-américain a, certes, sensiblement amélioré sa rentabilité au troisième trimestre, mais l'équipementier a été confronté sur la période de juillet à septembre, comme ses concurrents, à la baisse de la demande aux Etats-Unis.

Les deux plus gros opérateurs américains Verizon et AT&T ont ralenti la cadence après avoir engagé d'importants investissements pour rénover leurs réseaux face à l'explosion du trafic, conduisant plusieurs équipementiers à lancer des avertissements sur leurs résultats. (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Matthieu Protard)