Vicat voit son activité freinée par la France au T3

mardi 4 novembre 2014 19h05
 

PARIS, 4 novembre (Reuters) - Vicat a fait état mardi d'un chiffre d'affaires freiné au troisième trimestre par son activité en France, où ses revenus ont reculé dans un environnement macroéconomique dégradé, marqué plus particulièrement par un ralentissement du marché de la construction.

Le chiffre d'affaires du cimentier a progressé de 7,4% à périmètre et taux de change constants, à 629 millions d'euros, sur le troisième trimestre, limitant sa croissance sur neuf mois à 9,7%.

Au troisième trimestre, l'activité Ciment (+18,7%) a éclipsé les reculs des pôles Béton & Granulats (-4,3%) et Autres Produits & Services (-4,0%).

"Dans un contexte marqué par une situation macroéconomique qui reste difficile en Europe, et plus particulièrement en France, le groupe s'appuie sur les investissements réalisés au cours de ces dernières années pour de nouveau enregistrer une solide croissance de son activité, portée par son rapide déploiement en Inde et au Kazakhstan, mais aussi par la poursuite, à un rythme soutenu, du redressement de son activité en Egypte et aux Etats-Unis", commente son P-DG Guy Sidos dans un communiqué.

"Dans ce contexte, le groupe confirme de nouveau son objectif de maximisation de sa génération de cash-flows et de réduction de son niveau d'endettement", indique le dirigeant.

Sur le plan géographique, les revenus du groupe ont souffert d'un recul en France. Après une croissance de 1,5% au premier semestre à données comparables, avec un début d'année largement soutenu par des conditions météorologiques favorables, le groupe a enregistré une baisse de 9,1% de son chiffre d'affaires en France au troisième trimestre.

L'activité Ciment a reculé de 13,6% en France sur la période juin-septembre, elle est en retrait de 8% dans le Béton & Granulats et de 5% dans le pôle Autres Produits & Services.

Pour l'ensemble de l'exercice, Vicat indique s'attendre à un environnement sectoriel français toujours affecté par une situation macroéconomique qui devrait rester peu favorable.

Les volumes sont attendus en légère contraction en France dans un environnement de prix qui devrait s'afficher en léger retrait.

* Le communiqué :

bit.ly/1AbPIl1 (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)