14 octobre 2014 / 12:22 / dans 3 ans

LEAD 1-EDF-Décision sur l'EPR britannique vers la fin de 2014

(Actualisé avec précisions, contexte)

LE BOURGET, 14 octobre (Reuters) - EDF envisage une décision finale d‘investissement dans le projet d‘EPR en Grande-Bretagne autour de la fin 2014, a déclaré mardi Vincent de Rivaz, directeur général d‘EDF Energy, la filiale britannique du groupe français.

La Commission européenne a approuvé mercredi dernier le projet garantissant à EDF le prix de l‘électricité qui sera produite par la nouvelle centrale nucléaire de Hinkley Point C, d‘un coût estimé à 19 milliards d‘euros, dont le groupe sera le maître d‘oeuvre.

“La prochaine étape, c‘est le ‘financial close’, c‘est de mettre tout le monde (...) pour qu‘on ait le financement sur la table avant de prendre la décision finale. Ça va prendre quelques mois”, a déclaré Vincent de Rivaz en marge du salon international du nucléaire du Bourget (Seine-Saint-Denis).

EDF prévoit de détenir 45% à 50% de Hinkley Point C, 30% à 40% revenant aux chinois China General Nuclear Corp et China National Nuclear Corp, et 10% au français Areva, fabricant du réacteur EPR dont deux exemplaires sont retenus pour le projet.

Des discussions ont également lieu avec des investisseurs intéressés par le projet, dont la participation pourrait aller jusqu‘à 15%.

“Il y a plusieurs candidats possibles et plusieurs pays intéressés. Ça peut être des opérateurs, ça peut être des financiers, c‘est très varié”, a déclaré Vincent de Rivaz à l‘issue d‘une rencontre avec des représentants du consortium chinois.

Le dirigeant a également estimé que la construction d‘Hinkley Point C, qui pourrait précéder deux autres EPR à Sizewell C, dans le Suffolk, n‘empêcherait pas EDF de se lancer dans d‘autres projets de centrales nucléaires.

“A partir du moment où on a des logiques financières où on a un fort effet de levier, où on diminue le montant d‘equity, où par ailleurs on s‘est donné comme objectif de déconsolider, on se crée des marges de manoeuvre. C‘est la sagesse de ne pas mettre un projet de cette taille sur notre (bilan)”, a-t-il souligné.

Vincent de Rivaz a également déclaré que les quatre réacteurs nucléaires à l‘arrêt en Angleterre devraient comme prévu redémarrer entre la fin du mois d‘octobre et la fin du mois de décembre et que la production nucléaire d‘EDF Energy s‘en trouverait amputée de 4 à 5% environ par rapport au record de 60,5 térawatts/heure (TWh) enregistré en 2013.

Alors qu‘il est parfois cité comme candidat potentiel au poste de directeur général d‘EDF en cas de dissociation de ces fonctions avec la présidence du groupe, Vincent de Rivaz n‘a pas souhaité commenter son intérêt potentiel pour la direction de l‘électricien public.

“Ce n‘est pas un objectif dans la vie, (l‘objectif) c‘est de faire bien ce qu‘on a à faire à l‘instant T (...). Servir l‘entreprise, c‘est une belle ambition, là où on est placé par les circonstances et dans un travail d‘équipe”, a-t-il dit.

Un conseil d‘administration d‘EDF doit se pencher jeudi sur la reconduction ou le remplacement du PDG du groupe, Henri Proglio, dont le mandat s‘achève en novembre.

Le PDG a de son côté déclaré lors d‘une conférence que la production nucléaire en France avait progressé de 7,5 térawatts/heure (TWh) à fin septembre par rapport à la même période en 2013.

Alors que les députés s‘apprêtaient à voter en première lecture le projet de loi sur la transition énergétique, il a également souligné que “le nucléaire conservera(it) une place de choix” en France. (Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below