Deutsche Bank-Le T3 soutenu la BFI et le détail-sources

lundi 6 octobre 2014 12h15
 

FRANCFORT, 6 octobre (Reuters) - Deutsche Bank a réalisé de bonnes performances au troisième trimestre, notamment dans la banque de détail et la banque d'investissement, ce qui lui a permis de compenser le coût toujours croissant des litiges et des contraintes réglementaires, a-t-on appris de deux sources financières proches du dossier.

Le résultat net du troisième trimestre sera amputé par des charges exceptionnelles liées aux litiges et aux accords amiables conclus avec les autorités financières mais il bénéficiera des bonnes performances opérationnelles, ont expliqué les sources.

"Ils gagnent de nouveau de l'argent pour de bon", a dit l'une d'elles.

Les deux sources ont requis l'anonymat car elles ne sont pas autorisées à s'exprimer en public.

Deutsche Bank, qui doit présenter ses résultats trimestriels le 29 octobre a refusé de commenter l'information lundi.

A la Bourse de Francfort, l'action de la première banque allemande gagnait 1,23% à 27,17 euros vers 10h10 GMT alors que l'indice Stoxx européen des banques progressait de 0,58%.

Le groupe espère conclure d'ici la fin de l'année les pourparlers engagés avec les autorités américaines sur plusieurs litiges, qui portent entre autres sur des prêts immobiliers titrisés et sur des soupçons de manipulation de taux d'intérêt.

Les résultats opérationnels, eux, devraient avoir bénéficié du regain de volatilité observé au troisième trimestre sur les marchés de la dette et des changes, qui a soutenu l'activité des grands acteurs de ces marchés, comme Deutsche Bank, ont estimé la semaine dernière des analystes de Citi.

Les activités liées au marché primaire sont parallèlement restées solides, a jugé HSBC.

Deutsche Bank a passé en deux ans et demi des provisions d'un montant total de 7,8 milliards d'euros pour couvrir d'éventuelles amendes et les coûts des possibles accords amiables avec les autorités financières. Le groupe prévoit pour 2014 un montant supplémentaire de trois milliards. (Kathrin Jones et Arno Schuetze,; Marc Angrand pour le service français)