18 septembre 2014 / 08:29 / il y a 3 ans

LEAD 4-Les pilotes d'Air France menacent d'une grève illimitée

* La grève pourrait se prolonger au-delà du 22 septembre-SNPL

* Le trafic toujours très perturbé jeudi, 42% des vols assurés-PDG

* Air France prévoit 45% de vols assurés vendredi

* Juniac maintient son opposition à un contrat unique (Actualisé avec prévisions vendredi)

par Marine Pennetier et Matthias Blamont

PARIS, 18 septembre (Reuters) - Le Syndicat national des pilotes de ligne d'Air France menace jeudi la direction de la compagnie d'une grève illimitée au quatrième jour d'un conflit qui s'enlise en raison de désaccords persistants sur la stratégie de développement de Transavia, la filiale à bas coûts d'Air France-KLM.

Le PDG du groupe franco-néerlandais, Alexandre de Juniac, a indiqué que les négociations reprendraient dans l'après-midi et redit sa disponibilité pour négocier sur plusieurs revendications mais maintient son opposition à un contrat pour les pilotes de Transavia calqué sur celui d'Air France.

Le préavis du SNPL, majoritaire, court jusqu'au 22 septembre. Son président, Jean-Louis Barber, affirme cependant au quotidien Le Monde que le mouvement pourrait se prolonger.

"Nous organisons un référendum auprès de nos adhérents sur la poursuite du mouvement. Nous aurons la réponse samedi", souligne-t-il. "La réponse va être très, très claire. Si les pilotes votent à nouveau la grève, cette fois ce sera un mouvement illimité."

Jeudi, seuls quatre vols sur dix étaient assurés.

"Quarante-deux pour cent des vols (effectués), ça augmente très légèrement, on était à 41% hier, 40% avant-hier", a précisé Alexandre de Juniac au micro de la radio RMC. Selon lui, le coût de la grève entamée lundi se situe entre 30 et 45 millions d'euros.

"Ce qui se joue, c'est l'avenir d'Air France. Après avoir fait un plan de restructuration très dur (...), on est en train de sortir la tête de l'eau. (Avec cette grève, NDLR) on compromet les fruits de notre redressement", a-t-il expliqué.

Pour la journée de vendredi, la compagnie aérienne prévoit une très légère amélioration avec 45% des vols assurés, compte tenu d'un taux de grévistes inférieur à 60%, a-t-elle indiqué dans un communiqué.

DOS A DOS

Le dirigeant a fait valoir que la compagnie avait fait des propositions aux pilotes et qu'elles avaient toutes été rejetées. "Je me demande, du coup, s'il y a une volonté d'aboutir à un accord dans cette négociation", s'est-il interrogé.

"La direction d'Air France assume entièrement la responsabilité du conflit avec ses pilotes", estime pour sa part le Syndicat des pilotes d'Air France (Spaf) dans un communiqué.

"La désinformation est la seule stratégie de M. Alexandre de Juniac et de ses collaborateurs. Il n'y a pas de projet enthousiasmant pour les pilotes d'Air France, il y a seulement un chantage inacceptable à l'emploi adossé à une stratégie industrielle de délocalisation."

Le SNPL et le Spaf réclament notamment un contrat de travail unique pour l'ensemble des pilotes d'avions de plus de cent places au sein des trois compagnies, Air France, Transavia et Hop!, qui assure les liaisons régionales, au lieu d'un changement de contrat lors d'un passage d'Air France à Transavia.

Vers 12h50, l'action AF-KLM cède 0,35% à 8,25 euros à la Bourse de Paris.

Interrogé sur la grève mercredi, le Premier ministre Manuel Valls a estimé qu'elle pesait "lourdement" sur la compagnie et l'attractivité de la France.

Voir aussi: AF-KLM s'appuiera sur Transavia pour croître en Europe (Avec Grégory Blachier, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below