LEAD 1-Aegon-De futurs changements comptables plombent le titre

jeudi 14 août 2014 15h45
 

(Actualisé avec précisions sur les changements comptables, cours de Bourse)

AMSTERDAM, 14 août (Reuters) - Aegon a publié jeudi un résultat trimestriel supérieur aux attentes mais son action reculait en Bourse, les investisseurs redoutant l'impact de la modification des modèles comptables de l'assureur, censée les adapter à l'évolution des taux de mortalité aux Etats-Unis et qui le conduira à augmenter ses réserves financières.

Vers 13h40 GMT, le titre Aegon cédait ainsi 2,50% à 5,81 euros, accusant l'une des plus fortes baisses de l'indice Stoxx 600 alors que l'indice regroupant les valeurs de l'assurance européennes gagnait 0,26%.

Aegon a dégagé au deuxième trimestre un bénéfice courant avant impôt en hausse de 7% à 514 millions d'euros, favorisée par la progression des dépôts et par les gains enregistrés sur les marchés d'actions. Les analystes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne un bénéfice courant imposable de 505 millions.

Aegon a précisé que ce bénéfice du deuxième trimestre avait été affecté négativement par des changements de modèles comptables dans ses activités néerlandaises et américaines.

"Aegon va mettre en place d'autres actualisations de modèles au cours du troisième trimestre 2014", a précisé l'assureur néerlandais, ajoutant qu'il allait vraisemblablement retenir des hypothèses plus conservatrices en matière de taux de mortalité aux Etats-Unis.

Pour Matthias de Wit, analyste chez KBC, Aegon "prévient que les données du troisième trimestre vont être impactés par des 'actualisations de modèles' et par une révision de ses présupposés en matière de mortalité aux Etats-Unis".

L'assureur a également annoncé un acompte sur dividende de 0,11 euros. Pour Nick Holmes, analyste chez Société générale, le fait que ce dividende n'ait pas été augmenté est également un facteur qui pèse sur le titre Aegon.

Le bénéfice net trimestriel augmenté de 43% à 343 millions d'euros, conséquence essentiellement d'une hausse des plus-values latentes réalisées.

Les dépôts bruts ont progressé de 3% à 13 milliards d'euros et le rendement des capitaux propres a atteint 8,8%. (Roshni Menon, Nicolas Delame et Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand)