7 août 2014 / 10:06 / dans 3 ans

LEAD 4-Irak-L'Etat islamique avance, atteint la frontière kurde

* L‘Etat islamique étend ses gains dans le Nord irakien

* Fuite des habitants de la plus grande ville chrétienne

* Certains Yazidis sauvés, beaucoup sont en danger, dit l‘Onu

* Les USA pourraient parachuter de l‘aide humanitaire aux réfugiés

* Réunion du Conseil de sécurité de l‘Onu jeudi soir (Actualisé avec parachutage probable d‘aide humanitaire par les USA)

par Isabel Coles

ERBIL, Irak, 7 août (Reuters) - Des milliers de chrétiens irakiens fuyaient jeudi devant la progression des djihadistes de l‘Etat islamique (EI), qui se rapprochaient de la capitale du Kurdistan irakien, tandis que les puissances occidentales envisageaient de réagir, notamment en parachutant de l‘aide humanitaire.

La France a demandé une réunion d‘urgence du Conseil de sécurité de l‘Onu qui devait se réunir jeudi soir à New York et s‘est dit prête à apporter son soutien aux forces engagées pour bloquer l‘offensive des djihadistes.

Un haut responsable américain a de son côté déclaré que Barack Obama avait donné son feu vert au parachutage d‘aide humanitaire aux réfugiés issus des minorités religieuses piégés dans les montagnes irakiennes par la progression des combattants de l‘EI.

La Maison blanche n‘a en revanche pas voulu confirmer que des frappes aériennes contre les djihadistes pourraient avoir lieu, sans totalement les exclure pour autant.

“Il n‘y a pas de solution militaire américaine aux problèmes en Irak”, a déclaré son porte-parole, Josh Earnest, ajoutant toutefois que toute opération militaire serait “d‘une ampleur très limitée” et “étroitement liée à des réformes politiques en Irak”.

L‘impasse politique à Bagdad a favorisé la progression des combattants de l‘EI, qui ont atteint jeudi la frontière du Kurdistan irakien.

Les photographies de Reuters montrent des djihadistes en train de contrôler un point de passage à un peu moins de 30 minutes d‘Erbil, ville de 1,5 million d‘habitants, siège du gouvernement régional kurde et de nombreuses entreprises.

L‘EI avait auparavant pris Karakoch, la principale ville chrétienne du pays située au sud-est de Mossoul. De nombreux habitants se sont enfuis avant l‘arrivée des islamistes, de peur qu‘ils ne leur posent le même ultimatum qu‘aux chrétiens de Mossoul - se convertir à l‘islam ou payer l‘impôt des non-musulmans.

“TRAGÉDIE HUMANITAIRE”

Les djihadistes de l‘État islamique, considérés comme plus radicaux que ceux des groupes affiliés à Al Qaïda, considèrent les chiites, majoritaires en Irak, ainsi que les minorités comme les chrétiens et les Yazidis, des Kurdes adeptes d‘une religion dérivée du zoroastrisme, comme des infidèles.

A Rome, le pape François a appelé les dirigeants des grandes puissances à aider à mettre fin “à la tragédie humanitaire en cours” dans le nord de l‘Irak.

La France a pour sa part obtenu une réunion d‘urgence du Conseil de sécurité de l‘Onu pour “contrer la menace terroriste” en Irak.

Au total, depuis le début de sa nouvelle offensive débutée le week-end dernier, l‘EI dit avoir pris 15 villes, le barrage stratégique de Mossoul sur le Tigre et une base militaire.

Des responsables kurdes ont déclaré de leur côté toujours contrôler le barrage. Jeudi, deux témoins joints par téléphone ont cependant dit avoir vu le drapeau noir du groupe islamiste flotter sur le barrage.

Les combattants de l‘organisation sunnite, qui a proclamé un califat dans les zones qu‘elle contrôle en Syrie et en Irak, se sont rendus maîtres jeudi des villes de Makhmour, Tel Kaif, peuplée en majorité de chrétiens, et Al Kouair, selon des témoins.

Cette nouvelle offensive a contraint des dizaines de milliers de Yazidis à fuir la ville de Sinjar et à se réfugier dans les montagnes environnantes. D‘autres s‘agglutinent à la frontière turque. Certains ont réussi à passer.

LES KURDES CONFIANTS

L‘Office des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires a annoncé qu‘une partie des milliers de personnes qui se trouvaient encerclées dans le djebel Sinjar à l‘ouest de Mossoul ont pu être secourues au cours des dernières 24 heures.

Environ 200.000 personnes ont fui les combats, a ajouté David Swanson, porte-parole de l‘Ocha, qualifiant la situation de “tragédie aux proportions immenses”.

Nombre de déplacés font face à une pénurie d‘eau, de denrées alimentaires, d‘abris et de médicaments, a-t-il poursuivi.

Beaucoup d‘enfants qui se trouvent dans les montagnes souffrent de déshydratation et une quarantaine d‘entre eux sont morts, selon un porte-parole de l‘Unicef.

Des violences ont également agité le reste du pays jeudi. Un attentat à la voiture piégée a fait au moins 14 morts dans un quartier chiite de Bagdad. Deux autres explosions de voitures piégées près d‘une mosquée chiite abritant des personnes déplacées à Kirkouk, la grande ville pétrolière, ont tué au moins 11 personnes.

Le ministère de l‘Intérieur du gouvernement régional kurde a toutefois déclaré dans un communiqué : “notre victoire est proche”.

“Ils ne possèdent pas la force ni le nombre qui peuvent causer des menaces contre les villes, ajoute le ministère. Personne ne devrait écouter les rumeurs ou la guerre psychologique des ennemis.” (Tangi Salaün pour le service français) )

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below