LEAD 1-Pour UniCredit, l'Italie va mieux, la Russie n'inquiète pas

mardi 5 août 2014 18h56
 

* Impact "marginal" des sanctions contre la Russie, dit Ghizzoni

* Bénéfice net de 403 mlns au T2, supérieur aux attentes

par Silvia Aloisi et Gianluca Semeraro

MILAN, 5 août (Reuters) - UniCredit, première banque d'Italie par les actifs, a publié mardi un bénéfice net trimestriel en hausse de 12% grâce à une nette amélioration de ses résultats sur son marché d'origine et à une contribution solide de l'Europe de l'Est.

Le groupe a précisé que l'Italie avait contribué à hauteur de 600 millions d'euros à ses résultats au deuxième trimestre, alors que la contribution de l'Europe centrale et orientale avoisinait 400 millions.

Il a expliqué que les sanctions touchant la Russie n'auraient qu'un impact "marginal" sur ses activités dans le pays, qui ont représenté 4% seulement de ses revenus globaux au deuxième trimestre.

"La banque semble suffisamment forte pour traverser cette tempête", a déclaré l'administrateur délégué, Federico Ghizzoni, en réponse à une question sur les sanctions prises par les Etats-Unis et l'Union européenne contre Moscou en raison de son rôle dans le conflit en Ukraine.

"Cela ne veut pas dire que nous n'étudions pas la situation avec préoccupation, mais il n'y a pas de problème systémique", -t-il expliqué, ajoutant que la banque estimait ses pertes de revenus entre 10 et 15 millions d'euros.

En Italie, UniCredit dit avoir accordé pour six milliards d'euros de nouveaux prêts à moyen et long termes au premier semestre, soit 52% de plus que sur la même période l'an dernier. Le bénéfice net de la branche a progressé de 28% sur un an, la meilleure progression de l'ensemble des activités du groupe.   Suite...