31 juillet 2014 / 18:24 / il y a 3 ans

LEAD 1-L'Oréal accélère légèrement au T2 et maintient ses marges

* La croissance organique ressort à 4,1% au T2

* La marge opérationnelle ressort à 18,2% (Actualisé avec précisions)

par Pascale Denis

PARIS, 31 juillet (Reuters) - L'Oréal a légèrement accéléré la cadence au deuxième trimestre, grâce à une meilleure tenue de ses produits grand public et une bonne dynamique des produits de luxe, et a maintenu sa marge opérationnelle semestrielle.

Le numéro un mondial des cosmétiques a signé une croissance organique de 4,1% au deuxième trimestre, en ligne avec les attentes des analystes, après seulement 3,5% au premier, un plus bas niveau depuis la récession de 2009, dû à une baisse des ventes de la division grand public (L'Oréal Paris, Garnier, Maybelline) aux Etats-Unis.

Les ventes de cette division ont cependant vu leur croissance s'améliorer au 2e trimestre, à 2,8%, après une progression limitée à 1,2% sur les trois premier mois de l'année, grâce aux marchés ouest-européens ainsi qu'à une croissance qualifiée de "soutenue" au Brésil.

Jean-Paul Agon, PDG du groupe, avait déclaré en juin à Reuters que le marché grand public restait atone aux Etats-Unis, tandis que l'Europe du Sud avait confirmé sa reprise.

A l'inverse, les produits de luxe (Lancôme, Saint Laurent, ou Armani) ont enregistré une solide croissance de 7,5%, tout comme la cosmétique dite "active" vendue en parapharmacie et en pharmacies (La Roche Posay, Vichy) qui progresse de 7,4%.

Sur le plan géographique, les ventes sont repassées en terrain positif aux Etats-Unis, après un recul de 0,6% au premier trimestre, tandis qu'elles ont maintenu la cadence en Europe de l'Ouest à +2,8%.

Mais L'Oréal a ralenti dans les pays émergents, en Asie (à +6,6%), où le marché chinois des produits de luxe a été divisé par deux, et plus encore en Amérique latine (à +7,8%) et en Europe de l'Est (+5,9%), en raison de la crise ukrainienne.

"Les divisions sont assez en ligne avec les prévisions. Les nouveaux marchés sont un peu légers, le luxe est bon", commente Andrew Wood, analyste de Sanford Bernstein, pour qui cette publication demeure "très éloignée de ce que L'Oréal a pu réaliser dans le passé mais aussi des performances de la division d'hygiène personnelle d'Unilever.

Au total, le groupe boucle le premier semestre sur une croissance organique limitée à 3,8% et sur un résultat d'exploitation quasiment stable à 2,03 milliards d'euros (+0,2%), proche du consensus de 2,04 milliards.

Sa marge progresse très légèrement à 18,2%, contre 17,9% un an plus tôt et le groupe se dit confiant, malgré un environnement incertain, dans l'amélioration de ses résultats financiers sur l'ensemble de l'année 2014.

Pierre Tegner, analyste de Natixis, estime pour sa part que "dans un environnement de marchés dégradé, il est possible que l'amélioration graduelle entre le 1er et le 2e trimestre et la bonne tenue des marges retiennent l'attention".

L'Oréal tiendra une conférence téléphonique vendredi à 9h00 consacrée à ces résultats et sera très attendu sur les perspectives du marché américain pour le second semestre.

Le communiqué : bit.ly/1uLz20Y (Edité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below