31 juillet 2014 / 06:34 / il y a 3 ans

LEAD 3-Carrefour porté au S1 par la France et l'Amérique latine

* Le résultat opérationnel courant grimpe de 7,9%

* Progression de la rentabilité en France, la Chine à la peine

* Le risque argentin est "gérable"-PDG

* Le titre en forte baisse en Bourse (Actualisé avec conférence téléphonique, commentaires, cours)

par Pascale Denis

PARIS, 31 juillet (Reuters) - Carrefour a signé des résultats semestriels en nette progression, portés par une nouvelle hausse de la rentabilité en France malgré la guerre des prix qui fait rage entre distributeurs et par de solides performances en Amérique latine.

Le résultat opérationnel courant du premier distributeur européen est ressorti à 833 millions d'euros, en hausse de 7,9%, un chiffre en ligne avec le consensus des analystes.

Hors impacts de change défavorables liés à la baisse des devises d'Amérique latine, il grimpe de 13,8%.

"Les performances sont appréciables dans l'environnement actuel qui oblige à une grande vigilance", a déclaré jeudi Georges Plassat, évoquant les risques de déflation, la stagnation de la consommation dans certains pays et le ralentissement de "certaines économies développées et même émergentes".

En France, Carrefour récolte les fruits du plan de redressement lancé par son PDG il y a deux ans, passant par des économies de coûts, un repositionnement de l'offre, un abaissement des prix et des investissements dans les magasins.

En dépit de la guerre des prix qui sévit, Carrefour a amélioré sa rentabilité (+20 points de base à 3,0%), avec un résultat opérationnel en hausse de 6,9%.

Georges Plassat a assuré que Carrefour pouvait préserver ses marges "en achetant mieux, en réduisant les démarques, en ayant le bon mix de produits et en optimisant la chaîne logistique".

Ces chiffres jugés solides par de nombreux analystes ont cependant été mal accueillis en Bourse, certains d'entre eux s'interrogeant sur la capacité du groupe à préserver ses marges en France sur la durée.

A 15h10, le titre perd 3,8% à 26,1 euros, accusant l'une des plus fortes baisses du CAC 40 (-1%). La valeur pâtit aussi d'un plongeon du secteur de la distribution, avec l'allemand Metro (-4,7%) ou la Fnac (-9%) après leurs résultats.

AFFIRMER DAVANTAGE LA COMPÉTITIVITÉ

"Carrefour n'a pas suivi les baisses de prix de Géant (Casino ) et Leclerc, ce qui a protégé ses marges. Mais cette stratégie pourrait affecter la performance à moyen terme et se traduire par des pertes de parts de marché faute de compétitivité sur les prix", écrivent les analystes de Bernstein dans une note.

Le PDG a quant à lui estimé que la compétitivité du groupe devait pouvoir s'affirmer davantage grâce à une "optimisation de l'organisation et une probable réduction des coûts de distribution".

La performance de Carrefour en France contraste avec celle de Casino, qui bataille pour redresser les ventes de ses hypermarchés et de son enseigne discount Leader Price et dont les marges souffrent de baisses massives de prix.

"Les résultats de Carrefour sont parmi les meilleurs au sein du secteur", comment Nicolas Champ, analyste de Barclays, pour qui la baisse du titre n'est pas justifiée.

Par ailleurs, Georges Plassat s'est voulu rassurant après le défaut de l'Argentine, jugeant la situation "gérable" et rappelant que le pays ne comptait que pour 3% des ventes et 2% du résultat opérationnel du groupe.

Ailleurs en Europe, les bonnes performances de la Belgique et le redressement de l'Espagne ont été contrebalancés par les mauvais résultats de l'Italie, où les ventes chutent et où Carrefour s'est donné "encore un ou deux ans" pour se redresser.

L'Amérique latine se distingue avec un résultat opérationnel qui grimpe de 33,2% à changes constants et la meilleure rentabilité du groupe (3,8%, en hausse de 70 points de base).

A l'inverse, Carrefour reste à la peine en Asie, où sa rentabilité cède 20 points à 2,6%, plombée par une baisse des ventes en Chine, dans laquelle le groupe entend cependant poursuivre le développement de son réseau.

Le résultat net ajusté part du groupe progresse de 16,7% à 274 millions d'euros.

Le 17 juillet, Pierre-Jean Sivignon avait jugé "raisonnable" le consensus de 2,38 milliards d'euros sur le résultat opérationnel courant pour l'ensemble de l'année.

Pressé de questions sur ses projets de mise en Bourse ou d'ouverture du capital au Brésil, Georges Plassat a comparé les rumeurs entourant les intentions du financier Abilio Diniz à des "telenovelas", séries télévisées brésiliennes.

L'ancien allié de Casino serait entré au capital de Carrefour, avec moins de 3% du capital, et compterait parmi les candidats potentiels à une prise de participation dans ses actifs brésiliens.

Voir aussi :

* Carrefour va racheter des centres commerciaux à Unibail

* ÉCLAIRAGE- Dia - Carrefour paie le prix fort pour un rachat stratégique

* Le communiqué :

bit.ly/1u2mdv3 (Edité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below