31 juillet 2014 / 06:29 / il y a 3 ans

LEAD 2-Alcatel se redresse mais les perspectives inquiètent

* Marge brute à 32,6% au T2, en amélioration de 140 pdb

* Perte nette de E298 mlns au T2, divisée par trois vs le T2 2013

* Mise à l'étude d'une ouverture du capital des câbles sous-marins

* Levée prochaine des gages émis sur les brevets du groupe

* Le titre est la plus forte baisse du CAC 40 en milieu de journée (Actualisé avec cours et commentaires)

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud

PARIS, 31 juillet (Reuters) - Alcatel-Lucent accuse jeudi la plus forte baisse de l'indice des valeurs parisiennes, la poursuite de son redressement au deuxième trimestre étant éclipsée par les craintes d'un ralentissement à venir de la demande sur son marché clef américain.

L'équipementier télécoms, qui a publié des résultats conformes aux attentes, souffre également de la comparaison avec ses principaux concurrents dont les performances sur la même période ont agréablement surpris les investisseurs.

Avant l'annonce de ses résultats, le groupe franco-américain avait grimpé de 6% en Bourse dans la foulée de la publication des semestriels du numéro un mondial Ericsson qui s'est dit optimiste quant à la deuxième partie de l'année.

En milieu de journée, Alcatel avait effacé la totalité de ces gains, accusant une baisse de 5,64% à 2,68 euros et signant la plus forte baisse du CAC 40. Le titre avait pourtant débuté en nette hausse dans les premiers échanges.

"Les chiffres ont l'air en ligne au premier coup d'oeil mais en y regardant de plus près, il y a des raisons de s'inquiéter pour les trimestres à venir et pour l'année prochaine", explique Alexandre Peterc, analyste à Exane BNP Paribas.

L'activité du groupe a été tirée par la division mobile sur la période d'avril à juin (+28,1%), portée par la demande d'équipements 4G en Chine et aux Etats-Unis, tandis que les activités "coeur de réseau", dont Alcatel veut faire le moteur de sa croisssance, ont ralenti (-10%).

Les investisseurs s'interrogent sur la capacité d'Alcatel à tenir la cadence face au risque d'une baisse de la demande aux Etats-Unis, qui représentent un tiers de ses ventes.

Les grands opérateurs Verizon et AT&T ont indiqué avoir concentré leurs investissements sur le premier semestre tandis que Sprint vient d'annoncer une révision à la baisse de ses dépenses pour 2014 qui pourrait s'amplifier si son projet de rapprochement avec T-Mobile va à son terme.

"Cela pourrait faire dérailler Alcatel en dépit de la bonne mise en oeuvre des réductions de coûts et de sa restructuration", souligne l'analyste d'Exane.

PROJET D'IPO DES CÂBLES SOUS-MARINS

Alcatel a réaffirmé son objectif de revenir à une génération de trésorerie positive en 2015 au terme de son plan de restructuration qui lui a permis après une année de mise en oeuvre d'engager un début de rétablissement de ses activités.

"Les chiffres du deuxième trimestre démontrent que le redressement d'Alcatel est en bonne voie", a déclaré le directeur général Michel Combes à des journalistes. "Ce quatrième trimestre consécutif d'application du plan Shift nous permet de clore le premier chapitre de notre redressement."

Au deuxième trimestre, le chiffre d'affaires a progressé de 0,7% à données comparables pour atteindre 3,28 milliards d'euros tandis que la marge brute s'est améliorée de 140 points de base à 32,6% grâce à 94 millions d'euros d'économies sur les coûts fixes.

Alcatel a en revanche essuyé une nouvelle perte proche de 300 millions, bien que quasiment divisée par trois par rapport au deuxième trimestre de 2013, et continué de brûler du cash à hauteur de 205 millions sous l'effet des charges de restructuration.

Le groupe a poursuivi l'assainissement de sa situation financière, symbolisé par le remboursement prévu en août de la totalité d'un crédit de 1,6 milliard pour lequel il avait été contraint de gager une partie de ses actifs en 2012.

Alcatel-Lucent devrait ainsi retrouver la totale maîtrise de son précieux portefeuille de brevets.

Les chantiers de la réorganisation de ses activités et de l'assainissement de son bilan étant bien engagés, l'équipementier veut désormais ouvrir un nouveau chapitre de sa remise sur pied en se concentrant sur la croissance.

Le groupe a annoncé qu'il prévoyait de mettre à l'étude une ouverture du capital d'Alcatel Submarine Networks (ASN), son activité de câbles sous-marins.

Forte d'une flotte de sept câbliers, la division conçoit, construit et assure la maintenance de réseaux de câbles. Elle emploie environ un millier de personnes, principalement en France où est situé le site de fabrication de Calais.

L'opération, à l'issue de laquelle Alcatel conservera une majorité du capital, lui donnera des marges de manoeuvre financières pour élargir ses activités, aujourd'hui concentrées dans les télécoms, aux secteurs du pétrole et du gaz.

Il y a deux ans, Alcatel, alors dirigé par Ben Verwaayen, avait songé à chercher un repreneur pour cette activité.

* Le communiqué :

bit.ly/1ps5rUS (Edité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below