29 juillet 2014 / 10:49 / dans 3 ans

LEAD 3-Orange-Les investissements payent, objectifs confirmés

* C.A. à E9,79 mds au T2, en baisse de 3,4% à données comparables

* Ebitda à E3,12 mds (-3,1%), marge à 31,9% vs 31,8% au T2 2013

* Prévoit une marge 2014 stable avec un Ebitda entre 12,0-12,5 mds

* Vise au moins E300 mlns de baisses de coûts vs 250 mlns

* Le titre en légère hausse en fin de matinée (Actualisé avec conférence téléphonique aux 2 derniers §)

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud

PARIS, 29 juillet (Reuters) - Orange a commencé à récolter les fruits de ses investissements dans le très haut débit fixe et mobile en France, son principal marché, où sa stratégie orientée vers le haut de gamme l‘a pour l‘instant protégé de l‘offensive low-cost de ses concurrents dans le fixe.

Le premier opérateur télécoms français, qui ouvre le bal des publications pour le secteur, a engrangé au deuxième trimestre 50.000 nouveaux clients dans la fibre, son meilleur résultat à ce jour, portant à 415.000 le total de son parc sur ce segment, synonyme de marge plus élevée.

Dans le mobile, l‘opérateur, qui a activé autant de sites 4G que tous ses concurrents réunis sur le trimestre, a engrangé ses meilleures ventes nettes dans l‘Hexagone depuis le premier semestre 2010. Elles ont été portées par ses forfaits haut de gamme Origami et Open qui ont représenté 60% des abonnements.

“Notre activité commerciale a été soutenue, tirée par la qualité de service du réseau. Ceci nous permet d‘attirer des clients plutôt haut de marché”, a expliqué le directeur financier Gervais Pellissier lors d‘une conférence téléphonique.

Le groupe, dont l‘Etat détient 27%, a par ailleurs poursuivi ses efforts d‘économie, ce qui lui a permis de stabiliser sa marge sur les six premiers mois de l‘année et de confirmer ses prévisions pour l‘année en cours.

Orange a relevé sa prévision de réduction de ses coûts indirects qui devraient atteindre au moins 300 millions d‘euros en 2014 contre au moins 250 millions précédemment.

A 12h40, le titre progresse de 0,34% à 11,85 euros, donnant une capitalisation boursière de 31,3 milliards d‘euros.

“Dans l‘ensemble, les chiffres d‘Orange pour le T2 apparaissent solides et les réductions de coûts ont permis au groupe de contrebalancer les difficultés persistantes sur certains des marchés où il opère”, soulignent les analystes d‘Espirito Santo dans une note.

Au deuxième trimestre, l‘opérateur a dégagé un chiffre d‘affaires de 9,79 milliards d‘euros et un Ebitda retraité de 3,12 milliards, conformes aux attentes du marché.

OBJECTIFS 2014 CONFIRMÉS

Sur l‘ensemble du premier semestre, la marge d‘Ebitda ressort à 31,3%, stable par rapport au premier semestre 2013.

Le groupe a bénéficié d‘un redressement de son activité sur ses principaux marchés, en particulier en France, où la baisse des revenus du groupe a ralenti au premier semestre, pourtant marqué par une nouvelle offensive sur les prix, cette fois sur le terrain du fixe, à l‘initiative de Bouygues Telecom. (voir [ID: ])

Interrogé sur l‘impact des nouvelles offres de la filiale de Bouygues qui propose notamment la fibre pour un prix cassé autour de 26 euros, Gervais Pellissier a souligné qu‘il restait pour l‘instant limité.

“En revanche, cette guerre des prix est en train de segmenter le marché”, a-t-il dit avec d‘un côté un marché à forte valeur où les abonnés restent fidèles et de l‘autre un segment low-cost où Orange éprouve davantage de difficultés à conquérir de nouveaux clients face aux prix agressifs pratiqués par ses rivaux.

Le groupe a confirmé prévoir un taux de marge stable en 2014 après cinq exercices consécutifs de baisse en visant un Ebitda retraité compris entre 12 et 12,5 milliards d‘euros.

Depuis le début de l‘année, le titre affiche une hausse de 31,7%, le marché faisant le pari d‘un redressement de l‘opérateur, également porté par les perspectives d‘une réduction du nombre d‘acteurs sur le marché français confronté depuis trois ans à une érosion de ses revenus et de ses marges.

Au début de l‘été, la société a sifflé la fin - provisoire au moins - des discussions en vue d‘une possible consolidation, en déclarant dans un bref communiqué que les conditions n‘étaient pas réunies pour qu‘il puisse prendre part à une telle opération.

Le PDG d‘Orange Stéphane Richard n‘a pas exclu une reprise des discussions entre opérateurs mais elle ne se fera pas tout de suite, a-t-il estimé lors d‘une conférence téléphonique.

“Peut-être que c‘est quelque chose qu‘on verra l‘année prochaine mais je ne crois pas à la rentrée”, a-t-il ajouté.

Le communiqué et la présentation : bit.ly/1uCaGGS (Edité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below