CORR LEAD 1-UBS-Charge de CHF254 mlns pour solder une enquête allemande

mardi 29 juillet 2014 09h26
 

(Au 1er para, bien lire que la provision est en francs suisses et non en euros)

ZURICH, 29 juillet (Reuters) - UBS a annoncé mardi le passage d'une provision de 254 millions francs suisses (209 millions d'euros) au deuxième trimestre afin de mettre un terme à des poursuites ouvertes en Allemagne où elle est accusée d'avoir aidé des clients à se soustraire à l'impôt.

Cette affaire est le dernière en date d'une longue série qui visent les activités de banque privée de la banque suisse.

UBS, également visée par des enquêtes distinctes, en Allemagne, en France et en Belgique, précise que l'intégralité de sa clientèle allemande aura régularisé sa situation d'ici la fin de l'année contre un peu plus de 95% actuellement.

La banque suisse précise dans son communiqué que les montants engagés dans ce litige restent incertains et pourraient s'avérer "sensiblement plus importants (ou peut-être moins)" que la provision passée.

Au deuxième trimestre, le bénéfice net est ressorti à 792 millions de francs suisses au deuxième trimestre contre 690 millions un an auparavant, qui avaient déjà été affectés par 885 millions de dollars versés aux Etats-Unis dans le cadre d'un accord pour solder une enquête sur la vente abusive d'obligations adossées à des actifs.

Ce résultat est supérieur aux attentes des analystes qui anticipaient en moyenne un bénéfice net à 774 millions de francs.

L'accord à l'amiable intervient moins d'une semaine après la mise en examen à Paris de la banque suisse pour blanchiment aggravé de fraude fiscale. Une caution de 1,1 milliard d'euros a été fixée dans le cadre de la procédure, a indiqué UBS tout en annonçant son intention de faire appel. (voir )

Ces affaires juridiques ont en toile de fond la refonte de la banque engagée depuis deux ans qui vise à abandonner ses activités les plus risqués dans le trading obligataire pour se concentrer sur la banque privée.

Le but ultime de cette restructuration est de dégager de meilleurs dividendes. UBS dit vouloir reverser au moins la moitié de ses bénéfices à ses actionnaires si elle peut conserver des fonds propres à ou au-dessus de ses niveaux actuels d'ici fin 2014 et atteindre un ratio de 10% lors des tests de résistance.

Le bénéfice de sa banque privée a chuté de 43% en raison de l'accord à l'amiable avec la justice allemande. (Katharina Bart, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Nicolas Delame)