July 22, 2014 / 5:43 AM / 3 years ago

LEAD 2-Publicis décroche au T2, temporise sur ses objectifs 2014

5 MINUTES DE LECTURE

* Coup de frein plus brutal que prévu au T2, la croissance organique à 0,5%

* Marge en repli à 13% au S1 vs 13,7% au S1 2013

* Il sera "très difficile" d'atteindre l'objectif de croissance 2014-Lévy

* Publicis pénalisé par le projet de fusion avorté et les effets de change-Lévy

* Le titre accuse la plus forte baisse du CAC 40 en milieu de matinée (Actualisé avec cours et commentaires)

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud

PARIS, 22 juillet (Reuters) - Publicis a prévenu mardi qu'il lui serait "très difficile" d'atteindre sa prévision de croissance pour 2014 après un coup de frein brutal au deuxième trimestre, conséquence notamment du projet de fusion avorté avec Omnicom qui a accaparé ses équipes pendant plusieurs mois.

Cette contre-performance a été sanctionnée en Bourse alors même que le marché s'était préparé à des chiffres décevants.

A 10h00, l'action de Publicis accusait une baisse de 5,74% à 55,49 euros dans des volumes importants, signant de loin la plus forte baisse du CAC 40 (+0,4%).

Le titre est retombé au plus bas touché fin août 2013 dans les semaines qui avaient suivi l'annonce du projet de mariage avec l'américain Omnicom, finalement abandonné neuf mois plus tard.

"Le deuxième trimestre est inférieur aux attentes et le groupe paye le prix de l'échec de sa fusion", commente un opérateur de marché basé à Paris.

Des analystes ont commencé à revoir en baisse leur consensus pour 2014, UBS et Exane visant une croissance autour de 3% tandis que Jefferies estime qu'elle pourrait tomber jusqu'à 2%.

Sur la période d'avril à juin, le troisième groupe publicitaire mondial a enregistré des revenus de 1,76 milliard d'euros, en croissance organique de 0,5% contre une hausse de 3,3% au premier trimestre.

Le marché tablait en moyenne sur un chiffre d'affaires de 1,875 milliard, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

"Nous pensions qu'il y aurait une petite baisse. Le ralentissement a été plus marqué", a déclaré à des journalistes le président du directoire Maurice Lévy qui a évoqué l'impact des changes, le retournement de l'activité en Europe mais aussi le temps perdu par ses équipes sur le projet de mariage avorté. (voir )

"En ce qui concerne l'état-major (...), nous avons énormément travaillé et ceci a été au détriment de ce que nous pouvions faire par ailleurs".

révision Du Plan stratégique Mi-Septembre

Contraint désormais au cavalier seul, Publicis travaille à une révision de son plan stratégique à horizon 2018 afin d'accélérer sa transition vers le numérique pour "rattraper le temps perdu", a expliqué le dirigeant.

Les responsables d'entités ont chacun apporté leurs contributions en vue de l'élaboration d'une nouvelle mouture qui sera remise au conseil de surveillance mi-septembre, a précisé Maurice Lévy qui a réaffirmé les principaux objectifs contenus dans le plan.

A plus court terme en revanche, il sera "très difficile" pour Publicis d'atteindre sa prévision d'une croissance organique supérieure à 4% en 2014 après le décrochage du deuxième trimestre, a prévenu le dirigeant.

Outre le mariage raté avec Omnicom, Publicis a souffert de l'euro fort qui a grevé ses revenus de 81 millions d'euros, du retournement de l'activité en Europe après une embellie de courte durée au premier trimestre et du redémarrage poussif dans les émergents.

Le groupe a aussi dû faire face au report ou à l'annulation de budgets, ce qu'il a expliqué par les contraintes spécifiques de certains de ses clients comme BlackBerry et Motorola.

Sur l'ensemble du semestre, la marge opérationnelle a reculé pour s'établir à 13,0% contre 13,7% l'an dernier, a précisé Publicis qui prévoit de renforcer le contrôle de ses coûts.

A titre de comparaison, l'américain Interpublic, qui est le seul autre grand groupe publicitaire à avoir publié ses chiffres, a fait état d'une croissance organique de 4,7% pour la même période. Sa marge opérationnelle s'est également nettement améliorée mais elle plafonne à 5,3% sur le semestre. Omnicom doit publier ses résultats dans la journée.

"Il n'y a pas de quoi s'alarmer", a souligné Maurice Lévy, évoquant un deuxième semestre qui sera supérieur au premier et des signaux "encourageants" pour le trimestre en cours.

Voir aussi :

Le communiqué :

bit.ly/1o3h9G7

La présentation des résultats :

bit.ly/1wTZVeP

LEAD 2-Publicis prendra résolument le cap du numérique-Lévy

LEAD 5-Omnicom et Publicis renoncent à leur fusion

LEAD 1-Publicis-Lévy a le soutien du conseil malgré la fusion avortée (Avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below