Crédit-BNP reste une bonne signature mais craintes à moyen terme

mardi 1 juillet 2014 18h20
 

par Raoul Sachs

PARIS, 1er juillet (Reuters) - BNP Paribas est parvenue à préserver la qualité de sa signature sur le marché du crédit, au moins à court terme, au lendemain de l'annonce des termes du règlement de son contentieux juridique aux Etats-Unis, qui se solde notamment par une amende record de 8,9 milliards de dollars.

Ce montant circulait depuis plusieurs jours dans la presse et l'annonce n'a pas surpris, notent plusieurs analystes crédit qui relèvent toutefois que l'impact de la suspension pendant un an à compter du 1er janvier 2015 de certaines opérations en dollar est difficile à apprécier.

"BNP Paribas n'a finalement pas mal négocié avec les autorités américaines. Elle a réussi à conserver sa licence bancaire aux Etats-Unis et n'a écopé que d'une suspension temporaire" de ses opérations en dollar de financement de négoce international sur matières premières (pétrole et gaz), explique Gabriella Serres, analyste crédit chez Aurel ETC Pollack.

La BNP a indiqué qu'elle était en mesure de faire face à l'amende, via sa trésorerie, et de bons résultats au deuxième trimestre.

Contrairement aux spéculations qui circulent dans le marché sur une émission prochaine de dette hybride pour financer en partie l'amende, le directeur financier de BNP Paribas, Lars Machenil, a déclaré à des analystes qu'il n'y avait "aucune urgence".

"Ils ne sont pas dans la nécessité d'émettre de la dette Tier One. Leur ratio Bâle III reste solide même s'il baisse de 10,6% à 10%", souligne Elie Darwish, analyste crédit chez Natixis, qui ajoute qu'"ils maintiennent leur dividende".

"La grande inconnue, c'est l'impact de la suspension des opérations de compensation en dollar pendant un an. C'est la seule chose qu'on ne peut pas quantifier de l'extérieur. Seule la BNP peut le faire", ajoute-t-il, en rappelant que la banque a obtenu un délai pour se préparer et trouver des banques tierces.

  Suite...