L'espagnol eDreams chute en Bourse, la concurrence se durcit

lundi 23 juin 2014 18h30
 

MADRID, 23 juin (Reuters) - Le spécialiste espagnol des réservations touristiques en ligne eDreams Odigeo a perdu plus d'un tiers de sa valeur boursière lundi après avoir déclaré qu'une concurrence de plus en plus acharnée péserait sur ses activités, ce qui a conduit plusieurs analystes à abaisser leurs prévisions.

Le groupe, qui possède entre autres les sites Go Voyages et Opodo, a expliqué que l'intensification de la concurrence touchait particulièrement ses plus gros marchés, la France, l'Italie et l'Espagne.

L'action eDreams a fini la journée de lundi sur une chute de 34,67% à 5,75 euros. Elle avait déjà perdu 8% vendredi après la publication des premiers résultats financiers depuis son entrée en Bourse en avril, la première IPO sur le marché madrilène depuis trois ans.

Une porte-parole d'eDreams a déclaré n'être informée d'aucune information nouvelle apte à expliquer la chute du cours.

JP Morgan et Société générale figurent parmi les intermédiaires qui ont revu en baisse leur objectif de cours. Société générale, toujours à l'achat sur la valeur, a ramené son objectif de 13 à 11 euros et réduit ses estimations de bénéfices de 6% à 10% pour les trois prochaines années.

Des analystes expliquent aussi que les modifications apportées en mai à l'algorithme de Google - le procédé utilisé par le moteur de recherche pour hiérarchiser les résultats d'une recherche - vont probablement pénaliser eDreams.

"EDreams est capable de gérer l'impact sur les recherches mais, comme lors des précédentes mises à jour de l'algorithme, il s'agit probablement d'une affaire de 12 mois", explique David Reynolds, analyste de Jefferies, dans une note.

EDreams prévoit désormais une croissance d'un peu moins de 10%, et non plus à deux chiffres, de son chiffre d'affaires l'an prochain et il s'attend à une possible dégradation de sa marge brute d'exploitation.

Vendredi, il a fait état au titre de l'exercice 2013 d'une chute de 14% de son excédent brut d'exploitation (Ebitda) à 83,5 millions d'euros.

Son introduction en Bourse en avril lui a permis de lever 433 millions d'euros et de se valoriser 1,5 milliard d'euros, dette comprise.

L'action eDreams avait débuté à 10,25 euros mais avait chuté de 7% pour sa première séance de cotation. (Sarah Morris, Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)