Tesco - La situation ne s'arrange pas en Grande-Bretagne

mercredi 4 juin 2014 09h27
 

par James Davey

LONDRES, 4 juin (Reuters) - Tesco a subi, durant le premier trimestre de son exercice fiscal, la baisse de ses ventes à périmètre comparable en Grande-Bretagne la plus forte depuis que le directeur général Phil Clarke a pris les rênes du premier distributeur britannique en 2011, ce qui soulève encore des question sur sa stratégie.

Ce dernier entreprend depuis deux ans un plan de redressement de l'activité en Grande-Bretagne, ce pays représentant les deux tiers du chiffre d'affaires et des bénéfices du troisième distributeur mondial derrière Wal-Mart et Carrefour.

Tesco a annoncé mercredi une baisse des ventes de 3,8% des magasins ouverts depuis un an au moins en Grande-Bretagne, hors carburants et TVA. C'est la conséquence de baisses des prix et d'un marché des produits alimentaires atone et Tesco pense que cette conjoncture difficile persistera.

Certains analystes pensaient toutefois que la situation serait pire et en conséquence, l'action a ouvert en hausse de 2,5% en Bourse de Londres. Les analystes anticipaient une baisse de ces ventes de 3,5% à 4,1%, après un recul de 3% au quatrième trimestre de l'exercice 2013-2014.

Tesco a en outre dit qu'il était satisfait des premières retombées de son programme de redressement.

L'enseigne est exposée à un marché de l'épicerie dont le taux de croissance est le plus bas depuis 11 ans outre-Manche, la stagnation des salaires freinant les dépenses de consommation.

Tout comme les trois autres grands épiciers britanniques que sont Asda, filiale de Wal-Mart, Sainsbury et Morrisons , Tesco est exposé à la vive concurrence des épiciers discount Aldi et Lidl et des enseignes haut de gamme Waitrose et Marks & Spencer.

Asda et Morrisons ont dit qu'ils réduiraient leurs prix, tandis que Sainsbury s'est juré de rester compétitif. En conséquence, les analystes redoutent une guerre des prix généralisée dans l'ensemble du secteur.   Suite...