La crise en Ukraine affaiblit Sberbank, la première banque russe

jeudi 29 mai 2014 20h04
 

MOSCOU, 29 mai (Reuters) - Sberbank, la première banque russe, a annoncé jeudi une baisse de 18% de ses bénéfices au premier trimestre et une hausse de ses provisions pour créances douteuses, deux conséquences de la crise en Ukraine, qui pourrait la conduire à renforcer son capital avec l'aide de l'Etat.

Le président Vladimir Poutine a promis la semaine dernière que le gouvernement soutiendrait les banques les plus importantes du pays en leur permettant de convertir de la dette subordonnée en actions, ce qui renforcerait leur bilan et favoriserait le crédit.

"Nous prendrons en considération tous les éléments de cette proposition quand ils seront formulés et que nous en connaîtrons les détails", a déclaré jeudi le vice-président de Sberbank Alexandre Morozov lors d'une téléconférence. "Nous devons nous assurer que cela créerait de la valeur pour nous et nos actionnaires."

La deuxième banque de Russie, VTB a annoncé de son côté mardi qu'elle travaillait déjà avec le gouvernement sur ce projet et qu'elle convertirait de la dette en actions d'ici la fin de cette année.

Les deux groupes ont subi au premier trimestre un net recul de leurs profits: le résultat net de Sberbank est revenu à 72,9 milliards de roubles (1,55 milliard d'euros), contre 88,5 milliards un an plus tôt, alors que les analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne 78,2 milliards.

"La situation politique autour de l'Ukraine (...) affecte les marchés et l'économie russe", a constaté Alexandre Morozov.

Les provisions pour créances douteuses du groupe ont atteint 77,1 milliards de roubles sur janvier-mars, contre 31,8 milliards sur la même période l'an dernier.

"L'Ukraine, la dépréciation du rouble et la dégradation de la situation économique ont joué un rôle dans l'augmentation des réserves", a commenté Andreï Klapko, analyste de Gazprombank.

La croissance russe ne devrait pas dépasser 0,5% cette année selon les dernières prévisions, en raison principalement des retombées de la crise ukrainienne, sanctions occidentales comprises.

L'exposition directe de Sberbank à l'Ukraine avoisine 130 milliards de roubles, soit moins de 1% de son bilan. (Megan Davies; Marc Angrand pour le service français)