13 mai 2014 / 06:59 / il y a 3 ans

LEAD 3-Lagardère-Net recul des ventes au T1, objectif maintenu

* C.A. à E1,526 md, en repli de 5,6% à données comparables

* L'impact des changes a pesé pour E27 mlns

* Souffre de la comparaison avec un T1 2013 dopé par "Fifty Shades"

* Objectif 2014 de Résop médias confirmé

* Le titre en baisse dans l'après-midi (Actualisé avec conférence téléphonique au dernier §)

par Gwénaëlle Barzic

PARIS, 13 mai (Reuters) - Lagardère a réaffirmé mardi son objectif de croissance du résultat opérationnel pour 2014, en dépit d'une baisse plus marquée qu'attendu de son chiffre d'affaires au premier trimestre, pénalisé entre autres par des effets de change et des bases de comparaison difficiles.

Les quatre divisions du groupe de médias dirigé par Arnaud Lagardère (édition, distribution, médias et sport) accusent toutes une baisse de leurs revenus en début d'année, ce qui pèse sur le titre en Bourse.

A 14h35, il cède 2,52% à 24,18 euros, signant la deuxième plus forte baisse du SBF 120.

"Plusieurs éléments tenant aux bases de comparaison et aux effets de calendrier ont pénalisé le T1 et pourraient avoir été sous-estimés par le consensus du marché", estiment les analystes d'UBS dans une note.

"L'ampleur de la baisse du premier trimestre ne devrait pas être extrapolée à l'ensemble de l'année", précisent-ils toutefois.

Sur les trois premiers mois de l'année, la société a engrangé 1,526 milliard d'euros de chiffre d'affaires, soit une diminution de 5,6% à données comparables.

En données brutes, la baisse ressort à 6,2%, le chiffre d'affaires ayant été pénalisé à hauteur de 27 millions d'euros par l'impact des changes.

Le groupe a également souffert de la comparaison avec un premier trimestre 2013 qui avait profité des bonnes ventes de la sulfureuse trilogie "Fifty Shades", un vif succès en France avec 1,8 million d'exemplaires écoulés.

EFFET "FIFTY SHADES"

La période avait également été exceptionnelle pour l'activité de production audiovisuelle grâce aux livraisons de plusieurs séries comme "Clem" ou "Nos Chers Voisins", ce qui s'était traduit par un bond de 82% de ses revenus.

La branche édition de Lagardère accuse ainsi une baisse de 5,3% de ses recettes, qui sont en revanche stables par rapport à la période correspondante de 2012, tandis que la division dédiée aux médias affiche une chute de 10,7%, pénalisée également par un contexte publicitaire difficile.

Les analystes d'Oddo pointent par ailleurs la contre-performance de Lagardere Unlimited, la plus petite des divisions du groupe dédiée au sport, dont les revenus ont dégringolé de 33%, ce que l'entreprise explique notamment par un calendrier sportif moins favorable.

Lagardère a toutefois réaffirmé prévoir une hausse comprise entre 0 et 5% de son résultat opérationnel dans les médias en 2014, un objectif réaffirmé par Arnaud Lagardère lors de l'assemblée générale du groupe la semaine dernière.

Lors d'une conférence téléphonique avec des analystes, la société a précisé qu'elle espérait toujours signer d'ici la fin du premier semestre la vente de son activité de distribution de presse, pour laquelle elle attend désormais des offres engageantes de la part des candidats intéressés.

* Le communiqué :

link.reuters.com/keh39v (Avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below