Vicat-Vers une stabilisation en France en 2014, CA +9,2% au T1

lundi 28 avril 2014 18h50
 

PARIS, 28 avril (Reuters) - Vicat a annoncé vendredi s'attendre cette année à une stabilisation du secteur du ciment, du béton et des granulats en France, son premier marché, après un premier trimestre marqué par une météo clémente dans l'Hexagone et le retour de la croissance en Egypte.

Le groupe cimentier familial français a réalisé sur les trois premiers mois de l'année, un trimestre traditionnellement peu représentatif pour le secteur en Europe à cause des deux mois d'hiver, un chiffre d'affaires de 536 millions d'euros, en hausse de 9,2% en données publiées, et de 14% à périmètre et taux de change constants.

"Nos activités ont bénéficié de conditions météorologiques clémentes en France et ont su capter les dynamiques positives du secteur de la construction en Suisse, aux Etats-Unis et en Turquie", a commenté Vicat dans un communiqué.

En Egypte, où l'activité des cimentiers a été régulièrement perturbée par l'instabilité politique, le chiffre d'affaires du groupe a rebondi de 26,7% à périmètre et taux de change constants.

"En France, en 2014, le groupe s'attend à une stabilisation progressive de l'environnement sectoriel compte tenu du faible niveau de consommation actuel et d'une situation macroéconomique qui devrait graduellement s'améliorer", a ajouté le groupe.

Il table ainsi sur une légère baisse des volumes et sur une orientation des prix légèrement favorable.

Le secteur du ciment va connaître un vaste mouvement de recomposition après la fusion annoncée début avril entre les deux leaders mondiaux Lafarge et Holcim . Pour des raisons de concurrence, cette opération sera accompagnée d'importante cessions d'actifs en Europe de la part du groupe français et du groupe suisse.

La France et la Suisse sont les deux principaux marchés de Vicat. Dans son communiqué de chiffre d'affaires, le groupe a rappelé la solidité de son bilan avec un endettement financier net à 54% des capitaux propres consolidés au 31 mars.

Le communiqué:

link.reuters.com/byg88v (Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot)