Sandvik recule en Bourse après ses résultats du T1

vendredi 25 avril 2014 10h17
 

STOCKHOLM, 25 avril (Reuters) - Le titre Sandvik perdait près de 3% vendredi en début de matinée après que le fabricant suédois de machines-outils et d'équipements miniers a annoncé une baisse légèrement plus marquée que prévu de son bénéfice trimestriel, toujours sous le coup de la compression des coûts mises en oeuvre par les géants des matières premières.

Vers 8h15 GMT, l'action cédait 2,67% à 92,75 couronnes alors que l'indice regroupant les valeurs industrielles européennes reculait de 0,17%.

En raison notamment d'une baisse du prix des métaux, les géants miniers tels que Rio Tinto et BHP Billiton ont fortement revu en baisse leurs investissements, ce qui pèse sur toute la chaîne du secteur.

Sandvik et son concurrent suédois Atlas Copco fournissent plus de la moitié des équipements dans le monde pour les activités minières.

Dans son activité minière, qui représente un tiers de son chiffre d'affaires, le carnet de commandes de Sandvik a reculé de 15%.

Jeudi, à l'occasion de l'annonce de résultats trimestriels supérieurs aux attentes, Caterpillar, le numéro un mondial des engins de terrassement et de travaux publics, a souligné que 2014 sera "une nouvelle année très difficile" pour le secteur minier. (voir )

Ceci étant dit, en dehors du secteur minier, Sandvik a constaté une hausse de la demande pour ses produits, notamment en provenance des industries aéronautique, automobile et énergétique.

Le carnet de commandes total du groupe a d'ailleurs légèrement augmenté sur les trois premiers mois de l'année alors que les analystes financiers interrogés par Reuters avaient anticipé un recul de 3%.

Mais le bénéfice opérationnel ajusté est ressorti à 2,48 milliards de couronnes (273 millions d'euros) sur la période, contre 2,70 milliards il y a un an et un consensus de 2,58 milliards.

La marge opérationnelle de Sandvik, en plein processus de réduction de ses coûts avec notamment la fermeture d'un sixième de 150 sites de production, est remontée à 11,9% sur le premier trimestre 2014, contre 11,6% il y a un an.

Les analystes financiers avaient tablé sur une rentabilité de 12,2%. (Niklas Pollard et Johannes Hellstrom, Benoit Van Overstraeten pour le service français)