LEAD 1-SKF sanctionné en Bourse après des résultats décevants

mardi 15 avril 2014 12h32
 

(Actualisé avec des précisions et le cours de Bourse)

STOCKHOLM, 15 avril (Reuters) - SKF, le premier fabricant mondial de roulements à bille, a déçu les investisseurs mardi avec des résultats sans surprise au premier trimestre et des prévisions prudentes pour la période en cours.

Le groupe suédois, considéré comme un baromètre de l'industrie manufacturière compte tenu de sa large base de clientèle, a fait état d'un bénéfice opérationnel de 2,02 milliards de couronnes (223 millions d'euros) pour les trois premiers mois de l'année contre 1,48 milliard un an plus tôt, un chiffre conforme au consensus établi par Reuters qui était de 2,0 milliards.

Le chiffre d'affaires a progressé de 6,2% à 16,73 milliards de couronnes, alors que les analystes prévoyaient en moyenne 16,8 milliards.

A la Bourse de Stockholm, le titre perd 3,47% à 164 couronnes à 10h30 GMT, accusant la plus forte baisse de l'indice suédois OMX et la deuxième plus forte baisse de l'indice paneuropéen de l'industrie.

"Le titre est sanctionné car la profitabilité déçoit. Si on ne tient pas compte de l'effet de change et des restructurations, la marge est probablement inférieure d'un point aux attentes du marché. C'est trop bas", commente Peder Frolen, analyste chez Handelsbanken Capital Markets.

SKF a dit prévoir un raffermissement de la demande en Amérique du Nord et en Asie au deuxième trimestre alors que l'activité resterait stable en Europe, où il réalise 40% de son chiffre d'affaires, et en Asie.

Au premier trimestre, les conditions météorologiques difficiles ont freiné l'activité aux Etats-Unis et les clients européens sont restés prudents dans leurs dépenses.

"Les ventes ont évolué favorablement au premier trimestre par rapport aux chiffres bas du premier trimestre 2013 et elles sont relativement inchangées par rapport au quatrième trimestre", a déclaré le PDG de SKF, Tom Johnstone, dans le communiqué de résultats.

"Nous prévoyons une évolution positive de la demande tant séquentiellement que comparé au deuxième trimestre de l'année dernière", ajoute-t-il au sujet du trimestre en cours.

La hausse de la demande devrait surtout concerner l'énergie, l'industrie automobile, l'aéronautique et la construction ferroviaire, selon SKF. (Niklas Pollard et Johannes Hellstrom, Véronique Tison pour le service français)