Veolia veut doubler son CA lié aux mines et à la métallurgie

mardi 8 avril 2014 12h22
 

PARIS, 8 avril (Reuters) - Veolia Environnement vise un chiffre d'affaires d'environ 1,5 milliard d'euros en 2020 auprès de l'industrie minière et de la métallurgie contre 700 millions actuellement, a annoncé mardi le numéro un mondial du traitement de l'eau et des déchets.

Le groupe souligne notamment que 70% des projets des six plus gros industriels miniers sont situés dans des zones où les ressources en eau sont rares et fait valoir que les mines et la métallurgie constituent le deuxième secteur industriel le plus consommateur d'eau.

Veolia mise en particulier sur le durcissement des réglementations environnementales mais aussi sur la volonté des industriels de réduire leurs coûts ou de développer des revenus complémentaires, notamment à travers le recyclage.

"Jusqu'à présent, les opérateurs nous ont demandé essentiellement de traiter leurs déchets, nous intervenons en aval (...), notre intervention est une contrainte qui leur coûte et qui ne leur rapporte pas grand chose", a souligné son PDG, Antoine Frérot, lors d'une réunion avec la presse.

"(Mais) nos savoir-faire deviennent aujourd'hui plus stratégiques pour eux, tant en matière d'équation économique (...) qu'en matière de droit d'opérer, avec des permis à obtenir ou à renouveler", a-t-il ajouté.

Veolia estime que le marché des services liés l'eau, les déchets et l'énergie dans l'industrie minière et la métallurgie atteindra au total plus de 20 milliards d'euros en 2020, contre 13 à 14 milliards actuellement (dont six milliards pour l'eau).

Son PDG a précisé que, pour les contrats moins rentables n'impliquant pas de financements de la part du groupe, les activités de Veolia dans le secteur affichaient des marges de 10% environ avant impôts.

Le groupe compte notamment Rio Tinto, ArcelorMittal ou Vale parmi ses clients.

Le secteur minier fait partie de sept "thèmes majeurs de croissance" identifiés par Veolia comme particulièrement prometteurs, avec l'économie circulaire, les "solutions innovantes" pour les villes, le traitement des pollutions difficiles, le démantèlement nucléaire, l'agroalimentaire et l'industrie pétrolière et gazière.   Suite...