Pékin dévoile un projet pilote pour les actions préférentielles

vendredi 21 mars 2014 10h21
 

PEKIN, 21 mars (Reuters) - Le régulateur boursier chinois a annoncé vendredi que trois types de société cotées seraient autorisées à émettre des actions préférentielles dans le cadre d'un programme pilote très attendu concernant ces émissions, sans fournir plus de détails.

Des responsables de la China Securities Regulatory Commission (CSRC) avaient déclaré cette semaine qu'il était temps de lancer un tel programme d'émissions d'actions préférentielles à l'essai et que toutes les sociétés, cotées ou non cotées, pourraient à terme en demander l'autorisation.

Le Conseil d'Etat, l'organe administratif central de la Chine, a donné son feu vert à l'émission de ce type de valeurs mobilières en novembre 2013. Reuters avait annoncé le 12 mars que ce programme serait bientôt lancé. (voir )

Les actions préférentielles offrent une rémunération fixe et leurs détenteurs sont prioritaires sur les porteurs d'actions ordinaires en cas de faillite de l'entreprise. En revanche, elles ne portent pas de droits de vote, ne sont pas habituellement échangées sur le marché et ne diluent pas le bénéfice net distribuable aux actionnaires.

C'est ce dernier point qui explique que les investisseurs attendent avec impatience leur introduction en Chine.

Ils espèrent aussi que l'Etat convertira ses participations dans les sociétés cotées en actions préférentielles, ce qui diluera indirectement son influence tout en augmentant la valeur des avoirs des autres actionnaires.

Ils pensent enfin qu'une telle mesure pourrait raviver les indices boursiers chinois, affectés ces derniers temps par des nouvelles économiques plutôt mauvaises, par une liquidité limitée et par la reprise des introductions en Bourse, qui ont pour effet de peser les valorisations boursières.

Vendredi, les indices de Shanghaï et du marché chinois ont fortement progressé de, respectivement, 2,72% et 3,44%, ayant tous deux bénéficié d'un courant d'achats à bon compte après leurs récentes pertes. (Zhang Xiaochong et Kevin Yao, Juliette Rouillon pour le service français, édité par)