D. Bank évoque un début 2014 "lent" en banque d'investissement

jeudi 13 mars 2014 13h27
 

PARIS, 13 mars (Reuters) - Deutsche Bank a connu un début d'année "lent" dans ses activités de banque d'investissement en raison des incertitudes liées à la crise en Ukraine et aux craintes pour la croissance économique en Chine et en Allemagne, a déclaré jeudi un dirigeant du groupe.

Ces propos s'ajoutent aux déclarations de JPMorgan Chase et Citigroup sur l'évolution défavorable de leurs activités de banque d'investissement depuis le début de l'année, alors que le second semestre 2013 a déjà marqué un ralentissement.

"Pour nous, l'année a commencé lentement. Il est clair qu'à cause de l'incertitude politique, nous avons commencé à observer un regain d'incertitude sur les marchés et un ralentissement de l'activité", a dit Stefan Krause, directeur financier de Deutsche Bank.

"L'Ukraine, les chiffres chinois ont provoqué un certain ralentissement (...) Nous avons connu des hauts et des bas en Allemagne aussi en termes d'indicateurs", a-t-il ajouté en marge d'une conférence sur le secteur bancaire organisée par le magazine The Economist.

Stefan Krause a ajouté que Deutsche Bank prévoyait toujours une hausse de ses résultats sur l'ensemble de l'année.

La semaine dernière, Citigroup avait expliqué que ses revenus tirés du trading obligataire devraient baisser d'un peu plus de 15% au premier trimestre par rapport à la même période de l'an dernier en raison des incertitudes économiques et JPMorgan avait dit le 25 février que les revenus de ses activités de marché étaient en recul de 15% sur un an.

Les analystes de Morgan Stanley estiment que les revenus des activités de taux fixes des banques d'investissement européennes devraient diminuer de 20% sur un an.

Deutsche Bank et Barclays pourraient être les plus durement touchées par ce recul en raison de leur poids prépondérant sur le marché obligataire européen et parce qu'elles semblent perdre du terrain au profit de la concurrence américaine. (Maya Nikolaeva, Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)