LEAD 1-Enel prévoit un Ebitda en baisse, réduit son dividende

mercredi 12 mars 2014 11h48
 

(Actualisé avec détails, contexte)

MILAN, 12 mars (Reuters) - L'électricien Enel a annoncé mercredi qu'il allait se concentrer sur les marchés émergents et les énergies renouvelables pour compenser le tassement de la demande en Europe.

Le premier groupe italien de services aux collectivités ("utility") a annoncé que son excédent brut d'exploitation (EBE) serait en baisse cette année en raison de la situation difficile sur les marchés européens.

Le nouveau plan 2014-2018 du groupe prévoit de réduire les coûts sur les marchés européens, notamment par la mise en sommeil de 8.000 mégawatts de capacités en Italie et en Espagne.

L'EBE (Ebitda) est prévu à 15,5 milliards d'euros cette année contre 17 milliards en 2013. Il remonterait à 16,5 milliards en 2016 et à 18 milliards en 2018.

Enel, l'un des groupes de services les plus endettés en Europe, veut réduire ses coûts de 5,8 milliards d'euros cette année et vendre pour 4,4 milliards d'euros d'actifs pour ramener sa dette de près de 40 milliards d'euros fin 2013 à 37 milliards d'euros en fin d'année.

Le groupe contrôlé par l'Etat italien versera un dividende de 0,13 euro sur les résultats de 2013 contre 0,15 euro sur ceux de 2012. Il compte porter le ratio du dividende à 50% au moins en 2015 contre 40% actuellement.

Enel, qui contrôle son homologue espagnol Endesa, prévoit d'investir 25,7 milliards d'euros dans les cinq ans, dont 57% sur les marchés en croissance. Il investira six milliards d'euros pour augmenter sa capacité de production en énergie renouvelable de 51%, l'objectif étant de la porter à 13,4 gigawatts fin 2018.

Confronté à des difficultés similaires, l'allemand E.ON a lui aussi annoncé mercredi une réduction de son dividende et anticipe également une baisse de son excédent brut d'exploitation cette année (voir.

Les principaux fournisseurs européens d'énergie souffrent de la forte croissance du secteur des énergies renouvelables, d'une demande d'énergie en baisse sur leurs marchés traditionnels et de prix de gros de l'électricité au plus bas.

(Stephen Jewkes et Geert De Clercq, Wilfrid Exbrayat et Patrick Vignal pour le service français)