Pearson prévoit une baisse de ses bénéfices en 2014

vendredi 28 février 2014 09h22
 

LONDRES, 28 février (Reuters) - Pearson a dit vendredi s'attendre à une baisse de ses bénéfices en 2014 après avoir livré des résultats conformes à ce que le groupe d'édition britannique avait indiqué dans des prévisions réduites à deux reprises.

Pearson, propriétaire du Financial Times, avait dit en janvier que ses résultats seraient inférieurs aux attentes en raison de charges de restructuration plus élevées qu'attendu et d'une détérioration du marché américain du livre éducatif.

Il a fait part vendredi d'un bénéfice ajusté de 70,1 pence par action après charges de restructuration, contre 82,6 pence en 2012. A taux de change constants, le bénéfice par action ajusté devrait ressortir entre 62 et 67 pence, cette année.

L'action Pearson a chuté de près de 7% dans les premiers échanges à la Bourse de Londres oscillant autour des 1.000 pence, en réaction à ces annonces.

Le groupe, fondé il y a 170 ans, est en phase de restructuration afin de se renforcer dans l'édition numérique, les services et les marchés émergents pour renouer avec la croissance en 2015.

"Nous sommes au milieu de ce que nous pensons être une transition courte mais difficile qui au travers de nos programmes d'investissement et de restructuration créera une entreprise à la structure plus légère, dégageant plus de cash et une croissance plus forte à partir de 2015", a déclaré le directeur général du groupe John Fallon dans un communiqué.

Pearson, qui a pendant des années dégagé des résultats supérieurs aux attentes grâce à l'internationalisation de son modèle centré sur l'édition éducative, a connu en 2013 un ralentissement de ses marchés.

Succédant l'année dernière à Marjorie Scardino qui avait passé 16 ans à la tête du groupe, John Fallon a lancé un programme de restructuration de 150 millions de livres (183 millions d'euros) afin de restaurer les marges et de faire face à la réduction des budgets consacrés à l'éducation dans de nombreux pays.

Pearson a dit s'attendre à passer 50 millions de livres de charges de restructuration supplémentaires sur son activité d'édition et prévoit de consacrer 50 millions de livres à la croissance organique dans les domaines du numérique, des services et dans les marchés émergents.

(Kate Holton, Nicolas Delame pour le service français, édité par Marc Joanny)