Latécoère prêt à suivre la cadence de l'A320 jusqu'à 50 par mois

jeudi 27 février 2014 14h03
 

PARIS, 27 février (Reuters) - Latécoère a déclaré jeudi être en mesure de suivre l'accélération des cadences d'Airbus jusqu'à un rythme de production de 50 monocouloirs A320 par mois.

L'avionneur européen a annoncé la veille qu'il comptait produire 46 A320 par mois à partir de 2016 contre 42 actuellement, afin de répondre à la flambée des commandes des compagnies aériennes d'Asie et du Moyen-Orient.

Airbus, qui compte y parvenir grâce à sa future usine américaine de Mobile (Alabama), envisage également d'augmenter les cadences de l'usine chinoise de Tianjin, afin de l'amener à 48 unités d'ici la fin de la décennie. (Voir )

Airbus juge en effet que ses fournisseurs sont désormais en mesure de supporter des charges supplémentaires de production.

Le goulot d'étranglement se situait jusqu'à présent principalement au niveau des aérostructures (portes et fuselages), l'activité-clé de Latécoère, dont les deux tiers du carnet de commandes sont assurés par l'avionneur européen.

"Si on nous demandait de passer à une cadence de 50, avec un minimum d'organisation, nous suivrions", a déclaré Eric Gillard, directeur général de Latécoère, lors de la présentation des résultats annuels du groupe. "La question a été posée il y a quelque temps par Airbus et nous avons répondu en ce sens".

Mais Latécoère ne doit pas seulement s'adapter aux impressionnantes accélérations de cadences : jusqu'à un tiers de commandes passées par les avionneurs au début d'une année pour livraison au second semestre peuvent faire l'objet d'un changement de date de livraison de plus d'un mois.

"L'enjeu n'est pas simplement de suivre les cadences, il est aussi de savoir absorber cette variabilité", a souligné Frédéric Michelland, nouveau président du directoire issu du fabricant de câbles Nexans.

Pour améliorer son efficacité, le groupe quasi-centenaire a également fournisseur du long-courrier 787 de Boeing et du nouvel E2 du brésilien Embraer, va diviser quasiment par deux le nombre de ses propres fournisseurs, pour les ramener de 370 à 200 d'ici deux à trois ans.   Suite...