Dexia-Pertes réduites grâce à la baisse des coûts de financement

jeudi 20 février 2014 09h46
 

BRUXELLES, 20 février (Reuters) - La banque Dexia, détenue à 95% par la France et la Belgique, a accusé une perte nette de 95 millions d'euros au quatrième trimestre 2013, imputable notamment au passage d'une provision destinée à couvrir ses pertes à Porto Rico.

Sur l'ensemble de l'exercice 2013, la perte nette a été ramenée à 1,08 milliard d'euros contre 2,9 milliards en 2012.

Autrefois numéro un mondial du crédit aux collectivités locales, Dexia n'est plus en Bourse qu'une "penny stock" mais son destin est surveillé de près en raison des 85 milliards d'euros de garanties accordées par Paris, Bruxelles et, dans une moindre mesure, Luxembourg.

Dexia a toutefois indiqué que son activité avait été bénéficiaire lors des trois derniers mois de l'année, après trois trimestre consécutifs dans le rouge, en raison d'une diminution des exigences de fonds propres et de l'emploi de financements moins coûteux.

"L'entrée en vigueur du nouveau mécanisme de garantie de liquidité en janvier 2013 a (..) permis au groupe d'accroître significativement la part de ses financements levés sur le marché et de réduire son recours aux financements des banques centrales", explique la banque.

Elle a par ailleurs réalisé un gain exceptionnel de 54 millions d'euros à la faveur de la vente d'actifs, notamment par la cession de véhicules de titrisation par Crediop, sa filiale italienne de financement public.

Dexia a augmenté en 2013 le montant de ses provisions liées à son exposition au secteur public américain, avec notamment le passage d'une charge sur des prêts accordés à Detroit, aujourd'hui en cessation de paiement, et Porto Rico.

En Bourse, l'action Dexia perd 20% à 4 centimes d'euro à 9h45. (Philip Blenkinsop, Nicolas Delame pour le service français, édité par Dominique Rodriguez)