AstraZeneca prévoit un retour accéléré à la croissance

mardi 14 janvier 2014 10h38
 

LONDRES, 14 janvier (Reuters) - AstraZeneca a déclaré mardi prévoir de renouer avec la croissance plus rapidement qu'estimé jusqu'à présent par les analystes après l'expiration de plusieurs brevets importants, une perspective saluée en Bourse.

Une heure et demie environ après l'ouverture, l'action du groupe pharmaceutique britannique gagnait 1,88% à 3.733 pence sur le marché londonien, alors que l'indice Stoxx européen du secteur perdait 0,17%.

Confronté à l'expiration prochaine de ses droits exclusifs sur plusieurs de ses produits vedettes, comme le Nexium contre le reflux gastro-oesophagien, dont le brevet aux Etats-Unis expire cette année, AstraZeneca doit trouver de nouveaux relais de croissance.

Les analystes estiment pour l'instant qu'il réalisera un chiffre d'affaires de 22,5 milliards de dollars en 2017, contre 25,8 milliards attendus pour 2013, selon le consensus Thomson Reuters.

Mais le nouveau directeur général, Pascal Soriot, va annoncer ce mardi lors d'une conférence organisée par JPMorgan à San Francisco, que le chiffre d'affaires 2017 sera proche de celui de l'an dernier. Le groupe présentera des prévisions plus détaillées à l'occasion de la publication de ses résultats annuels le 6 février.

Les nouvelles prévisions prennent en compte entre autres le récent rachat à Bristol-Myers Squibb de ses parts dans une coentreprise spécialisée dans le traitement du diabète, pour quatre milliards de dollars (voir: ). L'opération devrait être bouclée avant la fin du premier trimestre.

Pascal Soriot, un Français en poste depuis un peu plus d'un an, a piloté une série d'acquisitions ciblées destinées à regonfler le portefeuille de nouveaux médicaments et à accélérer les programmes de recherche interne.

AstraZeneca dispose ainsi aujourd'hui de 11 produits en phase III d'essais, près de deux fois plus qu'il y a un an, et de 27 en phase II.

Ses espoirs portent notamment sur les traitements du cancer avec le lancement d'essais sur des traitements d'immunothérapie dont les premiers résultats sont attendus en 2014-2015. (Ben Hirschler; Marc Angrand pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)